Sites sociaux

Twitter à rajouter
Post-it
Bilan du Site Fondus :

Mise en commun des documents
Design du site en attente
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Travail de Chiara
Mer 30 Aoû - 16:57 par chiara

» Des Animaux de Toile
Lun 8 Mai - 11:05 par Apsara

» Galerie de Luna Pensive
Mer 12 Avr - 13:18 par chiara

» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
Jeu 1 Sep - 10:17 par Apsara

» Les références non celtiques dans Harry Potter
Mer 8 Juin - 14:00 par Apsara

» Galerie d'Apsara
Mer 23 Déc - 8:38 par Apsara

» Galerie d'Yxanne
Lun 22 Déc - 8:10 par Circée

» Bienvenue chez les Fondus !
Mar 22 Juil - 8:29 par Apsara

» De l'Amour ou le cas Voldemort
Sam 22 Juin - 20:41 par chiara

» Au temps pour tous. Reconstructions-
Mar 14 Mai - 14:23 par Luna Pensive

Sondage

Doit-on garder un seul topic ou demander un topic par membre pour les présentations

60% 60% [ 6 ]
40% 40% [ 4 ]

Total des votes : 10


L'art de la Magie [en cours]

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'art de la Magie [en cours]

Message par Hestianne le Ven 8 Avr - 22:08

Il n'interviens pas pour la salle des profs car il ne s'y attendait pas du tout . De plus, ils n'ont pas plombé l'ambiance, au contraire, voir Rogue se faire rabrouer est un plaisir incommensurable ! drunken
RRAAHH mes exam' ....... Merci pour la chance, je vais en avoir besoin ! sifflote

Hestianne
thé vert
thé vert

Messages : 203
Date d'inscription : 11/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de la Magie [en cours]

Message par Nausicaa le Ven 8 Avr - 22:28

Smile Hou ! Bueno !

Ils ont dû l'avoir un peu mauvaise quand même les "autres" profs d'avoir interrompu leur planning pour ces présentations, non ? Pourquoi est-ce que c'était aussi important, tiens, d'ailleurs ?... scratch

Sinon, même remarque que Syrinx au sujet de Rogue (il y a comme qui dirait anguille sous Rogue, euh, sous roche). Bref, va nous falloir patienter avant d'en savoir plus (Argh !! pale ).
Enfin, c'est pour la bonne cause ->

Merci !

_________________
"I don't drink coffee I take tea my dear."

avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5812
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de la Magie [en cours]

Message par Hestianne le Sam 9 Avr - 8:49

De riens !
avatar
Hestianne
thé vert
thé vert

Messages : 203
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 19
Localisation : Normalement là où je suis mais je vais vérifier...

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de la Magie [en cours]

Message par popoyo le Mar 19 Juil - 22:25

Au détour de ta signature, j'ai remarqué que tu avais écris un début de fiction, j'ai donc décidé d'aller la voir. Je te fais part de mon avis sur ton oeuvre.

Commentaires du premier chapitre :
Les trois verbes être présents dans le premier paragraphe empâtent ce début légèrement, mais comme il n’y a pas grand chose à faire pour les supprimer et que dans la suite du texte on ne retrouve pas cette redondance, je vais supposer qu’il s’agît d’un effet de style visant à poser un peu plus le décor.
Le deuxième paragraphe indique qu’elle disparaît au coin de la rue, puis qu’un groupe jaillit à ce même coin : en bon moldu que je suis j’aurais tendance à penser qu’ils lui courraient après bien avant, mais comme on n’a aucune indication scénique, peut-être viennent-ils juste de transplaner là où elle venait d’utiliser sa magie pour la dernière fois. Dans ce deuxième cas de figure, cela sous-tendrait qu’ils peuvent pister sa magie, ce qui promet quelques péripéties pour la suite.
Hagrid fait le pied de grue au pied de la grille ? Et bien il devait bien se geler ! On comprend qu’il soit soulagé qu’elle arrive enfin.
Je ne trouve pas naturel le silence d’Hagrid, j’aurais tendance à le penser plus jovial (quitte à mettre les pieds dans le plat), mais au moins à essayer de la faire rire un peu... avant de se prendre un regard glacial évidemment.
Le mot de passe «plume en sucre» me dit quelque chose, mais je ne sais pas si je l’ai déjà vu dans une autre fiction ou dans les livres. Peux-tu me dire si tu avais déjà vu ce mot de passe avant, et si oui, pourquoi l’avoir réutiliser ?
En tout cas, de bons éléments dans ce chapitre, qui se lit très bien.

Commentaires du second :
En fait, si je n’avais pas lu les réponses aux commentaires qu’il y a entre les deux chapitres, j’aurais mis du temps à savoir qu’on parlait de la même personne. En effet, ce n’est indiqué que par le cri du père, presque à la fin du chapitre. La séparation entre ces deux chapitres est bien amenée, car on passe du monde adulte au monde enfant par le biais du rêve, ce qui fait une bonne transition. Même si son sommeil est sans rêve, on sent en effet que ce moment est particulier pour elle, cela donne un pont cohérent entre les deux époques.
Il semble que Lei est une grande affinité avec le dessin. On ne sait pas si ses dessins sont ressemblants, mais en tout cas elle arrive à se souvenir de ce qu’elle avait voulu dessiner en les regardant. Elle doit donc dessiner avec son coeur.
«elle se souleva» : elle doit imaginer être bien lourde pour en parvenir à de telles extrêmités !
C’est dommage qu’à l’approche de son anniversaire, elle ne ressente que des sentiments négatifs, j’aurais bien aimé qu’elle ait aussi une pointe de joie qui lui pique un peu le coeur, malgré toute sa tristesse. Je comprends toutefois son appréhension : avoir toujours suivi des cours par correspondance pour se retrouver catapulter du jour au lendemain dans un lieu nouveau, entourée de gens qu’elle ne connaît pas et sans son père qui est son point de repère principal dans la vie, cela renvoie à un gouffre de solitude qu’elle ne doit pas savoir gérer.
Le «keskiya» détonne un peu par rapport au reste qui semblait plus soutenu : as-tu l’intention de répercuter le côté familier du langage de la fille par une orthographe si peu familière à mes yeux ?
Le retour de la mère prodigue... j’avoue qu’il aurait pu être plus emphatique, je m’attendais à mieux, cela me laisse sur la faim pour ce chapitre, on ne sait pas l’intonation que Lei a eu pour son «Maman ?» qui aurait pu être plus poignant. J’aurais dit que l’espace d’une seconde ses soucis s’étaient envolés et qu’elle courut dans les bras de sa mère en criant «maman !», en la cramponnant fort, dans l’espoir de ne plus jamais la lâcher.
Comme tout le monde, je me demande ce qu’elle peut faire dans la vie surtout qu’on ne sait pas si on lit uniquement le texte exactement à quel moment se passe le récit. Quand on lit les réponses aux commentaires, on peut penser que sa mère a une part active dans la guerre (médicomage, langue de plomb, auror, journaliste ou membre d’une société secrète,...), la suite nous permettra de confirmer (ou non) ces hypothèses.
Mais je me laisse emporter par ce qui arrive à tes personnages. Ton personnage principal est très attachant, et j’attends avec impatience la suite de ses aventures.

Commentaires du troisième:
Toujours du point de vue de l’adulte, la césure est bien nette avec le chapitre précédent car elle se réveille. On n’a cependant pas de certitude qu’il y ait un lien direct avec le précédent chapitre, si ce n’est qu’elle est déboussolée.
J’avoue que le passage avec la désillusion m’a laissé perplexe : pourquoi attendre le couloir «désert» pour se désillusionner ? Surtout qu’elle ne pouvait pas savoir ce qu’il y avait dans ce couloir avant d’y être et que cela aurait été embêtant que des gens la voient en train de se désillusionner (en dehors des tableaux et des fantômes qui ont déjà fait leurs rapports à qui de droit, bien entendu). De plus, même si Albus voit parfaitement au-delà des illusions, cela peut paraître troublant qu’elle maintienne le sort devant lui (il n’y a en tout cas aucune mention de son arrêt, mais peut-être que le passage de la gargouille (les gargouilles ?) annule le sort.
Si Dumbledore est étonné par la capacité magique de Lei, il doit s’agir d’un pouvoir vraiment peu commun, vu qu’il n’a même pas tiqué pour le fourchelangue. Il s’agit d’un pouvoir peut-être dormant en elle, ou qu’elle a acquis on ne sait comment, car elle n’avait pas ce talent quand elle était petite.
La suite me fait poser beaucoup de questions :
Que faisait les mangemorts dans un bar moldu ? La cherchaient-ils vraiment comme peut le suggérer le verbe «trouver» utilisé ? Si oui, pour quels motifs ?
Y avait-il un artéfact magique dans ce lieu ? Comment se fait-il que le pouvoir de Lei ne se soit manifesté qu’à ce moment ? Est-ce lié à la présence de certains mangemorts ? Ou bien était-ce que son pouvoir était latent, en dormance en attendant son prochain dessin ?
On sait que le dessin reproduit la réalité d’un objet, mais reproduit-il aussi son potentiel magique ? Si elle dessine en couleur, l’objet apparaît-il dans les bonnes couleurs ?
Que se passe-t-il si elle gomme un portrait qu’elle a fait d’une personne, cela affecte-t-il la personne représentée ? Bref, ce pouvoir me pose beaucoup de questions. J’ai hâte de lire la suite pour en savoir d’avantage.
Alors, peut-être est-ce moi qui ne lit pas convenablement, mais il est indiqué dans le premier chapitre que Dumbledore avait accepté sa candidature pour le poste, et maintenant elle est contente d’apprendre qu’elle sera uniquement l’assistante de ce dernier ??
Je me suis toujours demandé où dormaient les professeurs. J’ai lu nombre de fictions qui avancent diverses hypothèses, mais c’est la première fois que je vois dans une fiction Dumbledore indiqué à quelqu’un d’aménager une vieille salle de classe pour en faire une chambre. La scène me semble assez comique : Lei, fatiguée de trois jours de cavale remercie Dumbledore de lui laisser une chance, et ce dernier lui annonce joyeusement qu’elle doit retaper sa chambre à partir d’une vieille salle de classe ! J’imagine très bien Lei bouche bée juste après cette déclaration...

Commentaires du quatrième :
Je pennse qu’il faudrait que tu relises ta première phrase pour la mettre un peu au propre. Il y a deux sujets et deux verbes pour une même proposition principale (et une subordonnée en plus). De ce fait, on ne sait pas si tu veux indiquer que c’est la mère ou la fille qui prend l’air sévère.
Longue tirade, avec beaucoup de ponctuations... On a du mal à imaginer que Lei n’a pas besoin de reprendre son souffle - qui sait ? entrecoupé de sanglots - après cette longue tirade. Une petite phrase indicative pour indiquer sa rage ou sa peine aurait rendu la scène plus poignante.
Je ne comprends pas la tirade de la mère, j’avoue. Pourquoi ne peut-elle pas dire la vérité, faut-il vraiment que sa fille est onze ans pour savoir ça ?
La réaction de Lei est encore plus troublante, elle ne continue pas cette joute mais reste silencieuse, je l’aurais pensé plus vindicative, plus mordante dans sa volonté de savoir.
Un professeur trouvé par son père, à qui elle se confie et qui palie à l’absence de sa mère... J’ai une idée sur son identité, guidé par ce que dit sa mère, même si cela peut paraître bizarre : serait-ce la mère qui dispense les cours en cachant son identité pour éviter que les hiboux ne la repèrent ? Si oui, la réaction de la fille peut être double : il y aura une part de joie car sa mère ne l’aura jamais vraiment abandonnée, mais aussi un sentiment de trahison, car elle aura confié des choses à son professeur qu’elle n’aurait peut-être pas voulu confier à sa mère. Mais bon, je me perds en conjecture, je retourne plutôt à la lecture.
Le professeur indique qu’ils devraient bientôt se rencontrer d’ailleurs. En dehors de ma conjecture précédemment faite, cela veut dire qu’il a accès à des informations sur la vie de son élève et sur ses futurs déplacements, ou qu’il a hérité du troisième oeil de Trelawney.
Le professeur doit non plus ne pas habiter très loin, sinon la correspondance mettrait beaucoup de temps. Elle indique aussi à ce professeur beaucoup de choses sur sa vie, et cette confiance envers un inconnu me fait toujours un peu peur.
Plus je lis, plus je pense que la correspondance entre elle et son professeur se fait par hibou et que son père qui est dans la confidence doit être dans le secret (il peut quand même être moldu).
C’est assez original de voir une fille de onze ans préparer son gâteau d’anniversaire elle-même. Cela montre évidemment son indépendance, mais c’est aussi un peu triste qu’elle ne laisse pas le soin à sa famille de lui préparer quelque chose qu’elle aime. C’est assez triste de mon point de vue ce trop plein d’indépendance trop vite.
Un exemple de magie spontanée dans la boutique ? Pourquoi pas ? Ce serait la première fois qu’elle voit l’état de la caisse et sa magie lui permet de rendre la boutique attractive ? Enfin j’imagine que c’est pour ça que plusieurs personnes entrent juste après, elle n’a quand même pas lancé un accio sur la foule, si ?
Sa mère dort sur le canapé ? Ils sont donc vraiment séparés... Je me demandais quelles étaient leurs relations, car les disputes n’indiquent pas tout. D’ailleurs, je me demande comment Lei arrivent à supporter les disputes de ses parents, et aussi pourquoi elle n’essaie pas d’entendre plus leurs disputes dans l’espoir de savoir un peu plus sur les secrets qu’ils ont envers elle).
J’aime bien l’expression «la matinée passa comme un soupir» que tu utilises. Je ne la connaissais pas et je la trouve bien adaptée : bravo ! La comparaison avec l’horloge n’apporte rien de plus selon moi (cela augmente la présence du temps alors qu’on souhaitait le couper).
Cela eût été bien que ses parents lui fassent aussi des compliments sur son gâteau, on n’a que son avis, ce qui ne nous permet pas de juger de son talent de cuisinière.
J’adore le dictionnaire de l’Heroïc Fantasy : je veux le même.
Quand on sait que la lettre vient de Poudlard, le «Pas exactement» de son père quand il indique que la lettre ne vient pas de son professeur permet d’en déduire que celui-ci doit travailler à Poudlard.
«geste fluide qui trahissait» : cette formulation ne me veut pas, car je trouve que le mot trahir à un sens négatif, alors qu’il n’y a pas lieu d’être dans ce contexte. Pour moi, si le geste gauche et maladroit trahit le manque d’entraînement, le geste fluide reflète l’habitude et l’entraînement.

Commentaire du cinquième :
Je confirme ce que j’ai dit au chapitre 3, Dumbledore a été très fourbe en lui refilant une vieille classe moisie. Très bel étalage de sorts. Beaucoup de métamorphose et de sortilèges. Je ne sais pas s’il existe un guide de la compréhension de la magie, mais je me demande si tu as réfléchi dans ton univers à comment celle-ci se comporte. En effet dans plusieurs fictions, la métamorphose n’est utilisé qu’en temps limité (car réversible, car elle consomme de l’énergie à celui qui lance le sort,...). De ce fait, je me demande s’il est judicieux de faire tout le mobilier en métamorphose. Après, c’est ton monde et pour l’instant cela est cohérent. J’aurais bien aimé qu’elle dessine les meubles plutôt qu’elle ne les métamorphoses, cela aurait permis de mieux valoriser le pouvoir que tu lui as donné.
Cette fois-ci, elle ne se désillusionne plus dans le couloir : en net progrès !
Dumbledore qui l’attend dans le couloir ? Etait-ce prévu ? Pourquoi parle-t-il de se fâcher ? J’avoue qu’il doit me manquer un morceau de discussion pour tout comprendre.
Intéressant que seul Rogue puisse voir à travers le sortilège de Désillusionnement. Cela indique sûrement que ce sera un personnage majeur pour la suite. Mais j’aurais bien aimé que d’autres professeurs ait détecté la singularité magique dans l’air ambiant, ne serait-ce que le professeur Flitwick.
Enfin une indication temporelle supplémentaire, les cours ont repris depuis plus d’une semaine (car sinon Mc Gonagall n’aurait pas déjà un devoir à rendre à des élèves de 5ème année, si ? quels bossseurs ces 5ème années ! :-) ).
Je ne comprends pas que Dumbledore soit choqué par le silence de Rogue et surtout qu’il s’écrie cette remarque devant les autres professeurs. C’est un peu fort, non ? A moins qu’il ne s’agisse encore d’un de ses tours de passe-passe.
Cela fait bizarre de savoir que Lei et Rogue se seraient rencontrés dans la salle des professeurs, à part le coup de l’épouvantard, je me demande si Hermione a réussi à rentrer une fois à l’intérieur...
Lei appelle Dumbledore Monsieur et non plus professeur comme elle le faisait au début de ce chapitre. Je trouve qu’il s’agit d’un bon moyen pour indiquer la méfiance envers le vieil homme qu’elle peut avoir maintenant qu’elle sait qui il peut engager comme professeur ou tout simplement une rupture de confiance. A voir comment elle va l’appeler par la suite.
«homme, au sens le plus large du terme» : il faudra que tu fasses connaissance avec le caporal Chicard Chique (le seul être humain à avoir besoin de papiers qui le prouvent dans l’univers de Terry Pratchett). J’avoue que j’ai bien aimé cette expression.
Et le chapitre se termine avant que Lei n’entame son récit. Arf coup dur pour les lecteurs de la première heure qui ont du attendre pendant plus de deux mois.


Enfin j’y arrive ! Désolé Hestianne d’avoir mis du temps avant d’arriver jusqu’ici. J’ai essayé de faire une critique un peu constructive, même si elle est très brouillonne.
Donc, là c’est définitif avec ce dernier chapitre, je ne comprends pas l’alternance faite entre présent et passé. Je comprends qu’un parallèle puisse aider, et que revivre des scènes marquantes du passé permettent de comprendre le présent, ou que voir le futur promis permet d’atténuer le présent. Etant fan des fictions qui voyagent dans le temps, ce concept ne me dérange pas en soi. Ce qui me gène, c’est la façon dont tu alternes entre présent et futur. J’avoue que j’aurais préféré que les chapitres 2 et 4 - qui racontent une même séquence narrative - se suivent. Pareil avec les chapitres 3 et 5. Il y a peut être une raison à cela. On peut imaginer qu’en fait toute l’histoire est vue au travers d’une pensine qui alterne entre ces deux temps ?
J’avoue que cela m’interloque. Je ne sais pas comment tu justifies ce choix, mais cela rend la lecture plus difficile à suivre. Je préférerais que les histoires soient plus longues ou que le passage d’une époque à une autre ait son identité propre, une caractéristique qui permettrait de savoir pourquoi il y a changement de temps à ce moment.

En bref, l’histoire en soi est bien prenante. Lei est bien amenée et on attend de savoir comment va se passer sa vie en tant qu’élève, et en tant que professeur. On a beaucoup d'interrogations pour le moment, et on attend que beaucoup de pièces de puzzle s'emboitent.
Je te souhaite une bonne continuation dans cette oeuvre.

_________________
ze breizou
avatar
popoyo
thé oolong
thé oolong

Messages : 507
Date d'inscription : 31/05/2009
Age : 37
Localisation : sur paris ou en région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de la Magie [en cours]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum