Sites sociaux

Twitter à rajouter
Post-it
Bilan du Site Fondus :

Mise en commun des documents
Design du site en attente
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Des Animaux de Toile
Lun 8 Mai - 11:05 par Apsara

» Galerie de Luna Pensive
Mer 12 Avr - 13:18 par chiara

» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
Jeu 1 Sep - 10:17 par Apsara

» Les références non celtiques dans Harry Potter
Mer 8 Juin - 14:00 par Apsara

» Galerie d'Apsara
Mer 23 Déc - 8:38 par Apsara

» Galerie d'Yxanne
Lun 22 Déc - 8:10 par Circée

» Bienvenue chez les Fondus !
Mar 22 Juil - 8:29 par Apsara

» De l'Amour ou le cas Voldemort
Sam 22 Juin - 20:41 par chiara

» Au temps pour tous. Reconstructions-
Mar 14 Mai - 14:23 par Luna Pensive

» Derrière les Détraqueurs - Potterfiction en cours
Sam 2 Mar - 14:36 par Apsara

Sondage

Doit-on garder un seul topic ou demander un topic par membre pour les présentations

60% 60% [ 6 ]
40% 40% [ 4 ]

Total des votes : 10


INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Mer 1 Aoû - 21:51

Ici, c'est l'index, et tous les textes à la suite pour les voir d'un seul coup d'oeil.
Mais pour commenter un texte, ça sera sur son topic à lui Smile

Les consignes convenues étaient:

Utiliser à la fin: "Il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres."
Interdit d'utiliser le mot : peur

Participants:

Popoyo - texte
Elenna - texte
Nelson - texte
Hestianne - texte
Luna Pensive - [url=]texte[/url]
Seamus - texte
Anilori - texte
Leia - texte


Dernière édition par Leïa Tortoise le Lun 20 Aoû - 10:34, édité 4 fois
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Mer 1 Aoû - 21:55

Popoyo:


Il fallait que cela fonctionne ! Trop souvent avait-il été la risée de ses confrères et de ses anciens professeurs…

« Incroyable ! Eblouissant ! avait ironisé à l’époque son ancien mentor. Un simple sort de disparition. Aucune préparation nécessaire. Aucun talent. Un grand classique pour tous les première année. Et au bout de dix années, vous réussissez un exploit qui mériterait l’homologation. »
Ce mage avait souri à la manière d’un loup affamé, en tendant sa main gauche vers l’objet du délit, comme il se plaisait à l’appeler. Une armoire bleue, constellée de mille étoiles dorées (1), porte ouverte – comme il se doit à la fin du tour – avait alors incriminé l’apprenti magicien : au lieu d’être vide et sans ombre grâce à l’éclairage inquisiteur du projecteur rivé sur elle, elle avait débordé d’un bric-à-brac invraisemblable et assez hétéroclite d’ustensiles de cuisine, robes de magiciens et autres roues de bicyclette, projetant leur ombre, comme un doigt accusateur dirigé contre l’apprenti.

Mais cela était du passé maintenant, pensa Houdini, partagé entre la honte et l’envie de se venger de ses anciens pairs.
« Regardez bien », intima-t-il au parterre de magiciens mi-perplexes, mi-amusés qui assistaient à sa présentation de fin d’année. C’était enfin son Moment.
Il allait pouvoir leur montrer son talent. Il tendit la main vers la porte de l’armoire bleue, mit la main sur la poignée et souffla.
« Et maintenant, admirez mon tour de disparition ! »
Il déglutit et fit son plus beau sourire. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Maintenant, pensa-t-il.
Il ouvrit prudemment la porte. La lumière glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.


(1) Je laisse au soin du lecteur de recompter.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Mer 1 Aoû - 21:56

Elenna:

La Mère Nature…
Jolies petites bébêtes dans les champs de fleurs, ruisseaux frais et chantonnants, arbres majestueux soutenant de leurs fermes branches le ciel bleu…
Pourquoi personne ne parlait-il jamais des gros trucs qui font « bleurghhh » dans les ronces, dans votre dos, des grosses flaques au fond vaseux et chaussurophages ou des gros machins pleins d’épines, d’insectes et de bois mort qui empêchaient l’innocent voyageur égaré d’aller tout droit ?
Isidore, citadin pur jus dont le contact le plus proche avec la campagne se résumait au jour où il avait fait mumuse avec une figurine d’âne dans la crèche à l’âge de sept ans, découvrait trois choses depuis sa panne d’essence imprévue.
Petit un, que les peintres bucoliques ne devaient pas peindre leurs scènes champêtres sur place. Sinon, il y aurait beaucoup plus de traînées de peinture sur l’œuvre, une pour chaque gifle donnée aux trucs volants, piquants et mordants qui l’entouraient.
Petit deux, que la réforme orthographique était urgente. La Mère Nature ? Non, l’Amère Nature plutôt ! Et la Piquante, et la Gluante, la Visqueuse, l’Obscure.
Mais surtout, surtout, immense trois, pourquoi n’y avait-il pas de péripatéticienne de LAMPE DE POCHE dans le putain de matériel obligatoire dans une voiture ? Ca aurait coûté quoi, merde, un extincteur lanceur de feux d’artifice ou un triangle boule à facettes ?!
C’est donc dans cet état d’esprit qu’Isidore errait dans la campagne. Furieux, effrayé, trempé et en plus chaussé d’une seule chaussure.
Dans la nuit obscure, il tentait de se frayer un chemin, et de ne pas signaler sa présence aux innombrables animaux qui l’entouraient. Hélas, les « pouic » de sa chaussure rescapée ne l’aidaient pas à se faire discret.
Sans parler des chutes incessantes sur feuilles mortes. A croire que ça poussait sur les arbres, ces choses-là !
Entre deux gifles au hasard (et deux retours-boomerang de branches vengeresses), il crut apercevoir de la lumière au loin. Ou du moins, un coin moins noir que le reste.
Il entreprit de se diriger dans cette direction, employant tous les moyens de transport possibles sauf ceux nécessitant l’usage unique de ses deux membres postérieurs.
Il arriva finalement au terme d’une ultime glissade en vue d’une grande bâtisse en ruine, sinistre, mais non naturelle. Peu importe qu’elle soit l’équivalent architectural d’un concert en « crac-boum-bouh », c’était une construction humaine. Et éclairée. Les lueurs dansaient au travers des vitres, faisant vaciller les ombres dissimulant les décharnes de Mère Nature.
Il se redressa difficilement avec l’aide d’un bout de bois droit. Un tronc, pensa-t-il, jusqu’à ce qu’il se rende compte que sa main n’avait pas plus d’échardes ou d’épines qu’en l’agrippant.
Un bout de bois lisse ? Mais… un panneau ?!
Il fit pivoter le panneau en direction du manoir ruiné et lut à la lueur d’un rayon égaré : « le château Restezenàl’écart ». Drôle de nom.
Il entreprit la glissation vers la bâtisse et s’approcha de la porte. Un épais heurtoir en forme de chauve-souris décorait l’épais battant. Il en frappa trois coups, frénétiquement, croyant entendre un truc faire « hi-han » à proximité.
« Entrez ! » lui répondit une voix sépulcrale. Il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Mer 1 Aoû - 23:51

Nelson:


- Dehors! hurla-t-elle les yeux exhorbités tout en pointant la porte d'un doigt rageur.
- Mais, je...
- J'ai dit dehors!

Au bord des larmes, la fillette se tourna sur ses talons et se traîna au-dehors. Une fois hors de la vue de sa mère elle laissa de grosses gouttes perler sur ses joues. Elle renifla plusieurs fois. Bruyamment. D'un geste du bras, elle se sécha les yeux.
Puis, elle porta son attention sur son environnement. La nuit était déjà tombée depuis deux heures et un fin croissant de lune n'allait pas tarder à plonger sous l'horizon, ne laissant que les étoiles éclairer faiblement la sombre forêt qui se dressait face à elle. Elle risqua un coup d'oeil derrière elle et aperçut à travers la fenêtre le silhouette de sa mère s'affairant à quelque entreprise dans le chaleureux salon familial.
Elle renifla bruyamment, puis déglutit. Elle avisa l'arbre du jardin, à quelques pas de là. Elle alla s'assoir à ses pieds, toujours face à la forêt.
La forêt sombre, les feuillages bruissant dans la brise avaient quelque chose de fascinant. Elle fixa les silhouettes des arbres si longtemps qu'elle en perdit le cours du temps.
Au bout d'un moment, deux petites lumières apparurent à la lisière de la forêt.
Immobiles.
Clignotantes.
Immobiles.
Clignotantes.
Immo... mobiles...
Les deux petites lumières se déplacèrent lentement vers la droite. Elle les suivit du regard. Sans vraiment y réfléchir, elle se leva et se dirigea vers ces deux points lumineux. Après quelques pas, elle s'immobilisa, tourna la tête vers la maison, renifla, haussa les épaules et reprit sa marche vers la forêt.
Elle passa la lisière sans même une hésitation et emprunta le petit sentier qu'elle avait déjà emprunté de nombreuses fois, mais de jour.
De nuit, il paraissait bien différent.
Elle manquait de trébucher à chacun de ses pas sur les petits cailloux qui jonchaient le sol presque invisible. Le bruissement des feuilles agitées par le vent se faisait plus présent et enveloppait les ténèbres.
Mais loin de l'effrayer, ce son la berçait. A tel point qu'elle ne s'aperçut pas qu'elle avait perdu ses deux phares. Elle tourna la tête à droite, puis à gauche. Rien.
Elle plissa les yeux et devina finalement deux petites lumières, faibles, mais toujours face à elle. Elle accéléra le pas, tout en fixant ces deux points qui semblaient se rapprocher et prendre une couleur verdâtre.
Ce fut seulement lorsqu'elle se trouva à quelques mètres de son objectif qu'elle comprit ce dont il s'agissait: un chat, calmement assis sur le bord du sentier, la fixant. Imperturbable. Elle s'accroupit face à lui. Le chat, noir comme la nuit, et la fillette se dévisagèrent pendant un long moment.
Le chat se redressa et vint se frotter à ses jambes en émettant un ronronnement aussi sonore que réconfortant.
Elle lui caressa la tête et le petit félin ronronna de nouveau.
Sans la laisser continuer, il se détourna et commença à marcher sur le sentier.
La petite fille se releva et le suivit.
Ils marchèrent plusieurs minutes avant de quitter le sentier pour s'enfoncer dans la forêt, par là où jamais elle ne s'était aventurée auparavant. La pensée de retrouver une mère toujours en colère lui traversa à peine l'esprit.
Finalement, les deux compagnons aboutirent dans une large clairière occupée en son centre par une petite maison dont une fenêtre laissait passer une faible lumière.
Elle marqua un arrêt, hésitant.
Le chat se tourna vers elle et émit un miaulement comme un encouragement. Sans attendre de réponse, il se dirigea vers la maison. D'un geste de la patte, il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l'interstice, jusqu'à vaincre toutes les ombres.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Lun 20 Aoû - 10:29

[texte de Luna Pensive, à coller ici quand il sera tapé]
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Lun 20 Aoû - 10:31

Seamus:

Bill est un garçon chercheur de gloire. Rien ne peut l’arrêter dans ses quêtes. Il se croit seul. Il n’a pas d’amis.
Alors le jeune homme partit vers la pyramide de la mort. Personne n’a encore trouvé son trésor. Nous pensons qu’une momie encore vivante y logerait. Il n’y a pas de raison d’être peureux : elle est gentille comme un chiot (enfin, on le pense…)
Il se décide quand sa mère lui dit :
- Où vas-tu, mon fils ?
- A la Pyramide de la Mort, mère !
- Tu risques ta vie ! Tu ne veux pas jouer avec ton punching-ball ?
- Non m’man, c’est mon destin ! C’est moi qui découvrirai ce trésor et cette momie !
- Bon alors si tu le penses, vas-y.

Alors là, pour de bon, il partit (avec son punching-ball si possible).
La route serait longue. Des kilomètres à parcourir ! La légende dit que cette pyramide aurait brûlé il y a des millénaires. Cette momie l’aurait reconstruite.
Les marécages étaient profonds, le jeune Bill décida de traverser à la nage (un peu difficile dans la boue avec les caïmans). On la voyait déjà, cette construction : elle était or brillant et odeur crotte de chien (les mouches la survolaient par millions).

Il entre. Un labyrinthe se dressa devant lui : les torches (et les mouches) le guident à une porte. La momie était là. Il prit plein de photos et rapporta de l’or. Il sort.

Il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Lun 20 Aoû - 10:32

Anilori:

Il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes le ombres.
La pièce illuminée par la lueur violente des néons du couloir était presque nue – un lit, une commode, le tout pouvant provenir de n’importe quel magasin suédois de mobilier aux noms improbables et ne laissant aucun indice sur l’endroit où il pouvait se trouver. Ni sur la raison pour laquelle il se trouvait là. Et s’il était prisonnier, pourquoi donc n’avait-on pas fermé la porte ?
Il s’aventura dans le couloir à pas de loup. De part et d’autre, des portes toutes closes toutes identiques. Ses pantoufles glissaient sur le linoléum. Un hôtel ? Un escalier se profilait au bout du corridor. Il descendit, s’interrompant de temps à autre pour appuyer sur un bouton quand la minuterie le laissait dan le noir.
S’il avait été prisonnier, il aurait déjà dû entendre résonner une alarme, voir des gardes lancé à sa poursuite, quelque chose – il s’enhardit au niveau d’un palier, appela "Hello ?". Aucune réponse, sinon l’écho rebondissant dans la cage d’escalier. Il haussa les épaules et ouvrit la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.
Hein ? La cage d’escalier s’était transformée en une chambre presque nue , équipée seulement d’un lit et d’une commode à la simplicité nordique.
- Ok. Soit c’est un cauchemar, soit j’ai dû me garer hier sur le parking d’une sorte d’Hotel California – you can check out anytime you want, but you can never leave.
Ces américains. Important leur fast-food, leur culture abêtie et leurs scenarios d’horreur éculés jusque dans la banlieue de Lille… Et en attendant, comment je sors de là, moi?
Suis-je un fantôme, condamné à hanter éternellement un Formule 1 jusqu’à ce que la civilisation s’effondre ou qu’un gamin blond vienne me parler en compagnie de Bruce Willis ? Suis-je le personnage anonyme et fade de la première nouvelle d’un apprenti auteur de quatorze ans ?
Dans tous les cas, il ne voyait pas de voie de secours dans l’immédiat, alors autant prendre ses aises. La commode ne contenait qu’un numéro de Métro vieux de trois mois, mais grâce à la bonté des dieux, personne n’avait encore fait les mots croisés.
Une dizaine d’Aa, d’Isée et d’Io plus tard, il sombra dans une somnolence apaisée, prenant à peine le temps d’éteindre la lumière avant de s’allonger sur le lit.
Fantôme ou pseudo-fictif, pourquoi ne pas profiter du confort des lieux, au lieu d’aller d’user le moral et la tolérance aux questions existentielles dans des couloirs sans intérêt ? Mieux valait rester ici. Il s’endormit.

Il se réveilla, cligna des yeux, prit d’une envie pressante. Il se leva, contourna le lit avec circonspection pour épargner ses orteils, et ouvrit prudemment la porte. La lumière glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Leïa Tortoise le Lun 20 Aoû - 10:34

Leia:


« L’heure est grave, mes frères. Il y a trop de zones d’ombres sur ce monde. Il fait tout noir, on se croirait revenus à l’âge de pierre !
Peter Pan s’énervait, arpentant la clairière comme un lion en cage.
- Ta gueeeule… répliqua P’tit Suisse. On en a déjà discuté cent fois, et on n’a toujours pas trouvé LE plan génial pour bouter les ténèbres hors de la Chambre.
- Il faut absolument qu’on retrouve Clochette. Elle seule peut convaincre ses sœurs de s’allier pour une attaque massive. Voyons, réfléchissons ! Puisqu’on ne sait pas où elle est, qu’est-ce qui peut l’attirer jusqu’à nous ?
Les garçons perdus cogitèrent un moment. Puis la lumière se fit…
- Du miel ! s’écrièrent-ils tous en chœur.
- Oui ! Bien sûr ! Du miel ! Mais comment on va faire pour en dégotter ? » ponctua sarcastiquement Peter.

La répartie jeta un blanc sur le groupe, encore une fois. Mais P’tit Suisse, à nouveau, avança, du bout des lèvres :
« Beeen… Winnie est parti camper avec les indiens en ce moment, j’crois ? »
Les garçons se regardèrent, n’osant croire à leur bonne fortune, mais P’tit Suisse disait vrai ; comme ils le constatèrent en approchant subrepticement de la tanière désertée par l’ours bagarreur et soupe au lait.

Ce fut le pactole ! Non seulement ils dénichèrent une bonne réserve de pots de miel, mais ils en profitèrent aussi pour embarquer quelques gibiers et des sacs de ces merveilleux champignons hallucinogènes.
Ils sécurisèrent le tout dans leurs propres celliers, et mirent aussitôt leur plan à exécution, car le temps jouait contre eux !

Mais la stratégie paya, et les fées du Pays de Nulle Part acceptèrent de former un essaim brillant et clignotant que Peter Pan mena jusqu’à la chambre de la petite fille noxophobe qu’ils voulaient convaincre de prendre son envol avec eux. Il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: INDEX - IRL Aveyron JOUR 2 (Porte)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum