Sites sociaux

Twitter à rajouter
Post-it
Bilan du Site Fondus :

Mise en commun des documents
Design du site en attente
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Travail de Chiara
Jeu 19 Oct - 11:12 par chiara

» Des Animaux de Toile
Lun 8 Mai - 11:05 par Apsara

» Galerie de Luna Pensive
Mer 12 Avr - 13:18 par chiara

» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
Jeu 1 Sep - 10:17 par Apsara

» Les références non celtiques dans Harry Potter
Mer 8 Juin - 14:00 par Apsara

» Galerie d'Apsara
Mer 23 Déc - 8:38 par Apsara

» Galerie d'Yxanne
Lun 22 Déc - 8:10 par Circée

» Bienvenue chez les Fondus !
Mar 22 Juil - 8:29 par Apsara

» De l'Amour ou le cas Voldemort
Sam 22 Juin - 20:41 par chiara

» Au temps pour tous. Reconstructions-
Mar 14 Mai - 14:23 par Luna Pensive

Sondage

Doit-on garder un seul topic ou demander un topic par membre pour les présentations

60% 60% [ 6 ]
40% 40% [ 4 ]

Total des votes : 10


[JOUR 2 (Porte)] Texte de Elenna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[JOUR 2 (Porte)] Texte de Elenna

Message par Leïa Tortoise le Mer 1 Aoû - 21:56

La Mère Nature…
Jolies petites bébêtes dans les champs de fleurs, ruisseaux frais et chantonnants, arbres majestueux soutenant de leurs fermes branches le ciel bleu…
Pourquoi personne ne parlait-il jamais des gros trucs qui font « bleurghhh » dans les ronces, dans votre dos, des grosses flaques au fond vaseux et chaussurophages ou des gros machins pleins d’épines, d’insectes et de bois mort qui empêchaient l’innocent voyageur égaré d’aller tout droit ?
Isidore, citadin pur jus dont le contact le plus proche avec la campagne se résumait au jour où il avait fait mumuse avec une figurine d’âne dans la crèche à l’âge de sept ans, découvrait trois choses depuis sa panne d’essence imprévue.
Petit un, que les peintres bucoliques ne devaient pas peindre leurs scènes champêtres sur place. Sinon, il y aurait beaucoup plus de traînées de peinture sur l’œuvre, une pour chaque gifle donnée aux trucs volants, piquants et mordants qui l’entouraient.
Petit deux, que la réforme orthographique était urgente. La Mère Nature ? Non, l’Amère Nature plutôt ! Et la Piquante, et la Gluante, la Visqueuse, l’Obscure.
Mais surtout, surtout, immense trois, pourquoi n’y avait-il pas de péripatéticienne de LAMPE DE POCHE dans le putain de matériel obligatoire dans une voiture ? Ca aurait coûté quoi, merde, un extincteur lanceur de feux d’artifice ou un triangle boule à facettes ?!
C’est donc dans cet état d’esprit qu’Isidore errait dans la campagne. Furieux, effrayé, trempé et en plus chaussé d’une seule chaussure.
Dans la nuit obscure, il tentait de se frayer un chemin, et de ne pas signaler sa présence aux innombrables animaux qui l’entouraient. Hélas, les « pouic » de sa chaussure rescapée ne l’aidaient pas à se faire discret.
Sans parler des chutes incessantes sur feuilles mortes. A croire que ça poussait sur les arbres, ces choses-là !
Entre deux gifles au hasard (et deux retours-boomerang de branches vengeresses), il crut apercevoir de la lumière au loin. Ou du moins, un coin moins noir que le reste.
Il entreprit de se diriger dans cette direction, employant tous les moyens de transport possibles sauf ceux nécessitant l’usage unique de ses deux membres postérieurs.
Il arriva finalement au terme d’une ultime glissade en vue d’une grande bâtisse en ruine, sinistre, mais non naturelle. Peu importe qu’elle soit l’équivalent architectural d’un concert en « crac-boum-bouh », c’était une construction humaine. Et éclairée. Les lueurs dansaient au travers des vitres, faisant vaciller les ombres dissimulant les décharnes de Mère Nature.
Il se redressa difficilement avec l’aide d’un bout de bois droit. Un tronc, pensa-t-il, jusqu’à ce qu’il se rende compte que sa main n’avait pas plus d’échardes ou d’épines qu’en l’agrippant.
Un bout de bois lisse ? Mais… un panneau ?!
Il fit pivoter le panneau en direction du manoir ruiné et lut à la lueur d’un rayon égaré : « le château Restezenàl’écart ». Drôle de nom.
Il entreprit la glissation vers la bâtisse et s’approcha de la porte. Un épais heurtoir en forme de chauve-souris décorait l’épais battant. Il en frappa trois coups, frénétiquement, croyant entendre un truc faire « hi-han » à proximité.
« Entrez ! » lui répondit une voix sépulcrale. Il ouvrit prudemment la porte. La lumière se glissa dans l’interstice, jusqu’à vaincre toutes les ombres.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum