Sites sociaux

Twitter à rajouter
Post-it
Bilan du Site Fondus :

Mise en commun des documents
Design du site en attente
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Travail de Chiara
Jeu 19 Oct - 11:12 par chiara

» Des Animaux de Toile
Lun 8 Mai - 11:05 par Apsara

» Galerie de Luna Pensive
Mer 12 Avr - 13:18 par chiara

» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
Jeu 1 Sep - 10:17 par Apsara

» Les références non celtiques dans Harry Potter
Mer 8 Juin - 14:00 par Apsara

» Galerie d'Apsara
Mer 23 Déc - 8:38 par Apsara

» Galerie d'Yxanne
Lun 22 Déc - 8:10 par Circée

» Bienvenue chez les Fondus !
Mar 22 Juil - 8:29 par Apsara

» De l'Amour ou le cas Voldemort
Sam 22 Juin - 20:41 par chiara

» Au temps pour tous. Reconstructions-
Mar 14 Mai - 14:23 par Luna Pensive

Sondage

Doit-on garder un seul topic ou demander un topic par membre pour les présentations

60% 60% [ 6 ]
40% 40% [ 4 ]

Total des votes : 10


Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Nausicaa le Mer 25 Mar - 8:44

Hi !

J'ai un tout petit peu moins accroché à celle-ci... Je pense que ça vient encore du décalage entre la réaction de Dumbledore que j'imaginais et la tienne, Leïa. (cf, plus avant). Pourtant je trouve que la chanson/musique, (que je ne connaissais pas du tout), pourrait bien rendre l'aspect pétillant du personnage. Mais peut-être pas là, pas à ce moment-là... Mais c'est une vision comme une autre ! Content Saura-t-on jamais qu'elle était la sienne alors?... Rolling Eyes

Bon, après, il y a évidemment le petit "hic" avec la conversation Rogue/Dumbledore, au sujet des Londubat, et de Lily (mais là, je pense que c'est vraiment parce que ça a été écrit avant le tome 7).

Non, voilà, encore une fois, le portrait en musique me plait, mais sorti du contexte. Les images dépeintes par Noa vont bien à Dumbledore.

Maintenant, au vu de la fin de cette songfic, je me demande à qui le relais va être passé... scratch Rogue, Flitwick ou Trelawney ?... Rolling Eyes

Merci !

(PS : J'ai compris pourquoi mon Deezer y fait rien qu'à m'embêter, c'est ma nouvelle config Ubuntu... blasé Le plug-in Flash merdouille...).

Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mer 25 Mar - 9:39

Maintenant, au vu de la fin de cette songfic, je me demande à qui le relais va être passé... Rogue, Flitwick ou Trelawney ?...
Ahah, rien de tout ça, lol!

Et oui, moi-même je ne suis que moyennement satisfaite de cette fic maintenant que je la relis après tout ce temps (et la lecture du tome 7).
Je crois que tu as mis le doigt dessus: le problème avec ce concept de songfic, c'est que c'est assez difficile d'en faire plusieurs chapitres qui se coordonnent autant que possible... Et il y avait aussi des chansons auxquelles je tenais. Donc hors contexte, ça rend bien, mais inséré dans l'ensemble, c'est pas forcément bien amené ni judicieusement encadré...
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Syrinx le Mer 25 Mar - 11:25

J'aime bien ce qu'on apprend de la jeunesse de Dumbledore, on voit vraiment sa bonne humeur, son insouciance...
petite question, d'ailleurs : l'ami Nicolas, c'est Flamel ou un autre ? (non parce que Flamel doit avoir 200 ans de plus que Dumbledore si je me souviens bien, donc par de scolarité passée ensemble)
Après les duels de métamorphose avec Minerva, j'imagine assez bien... Minerva assez orgueilleuse pour relever un défi quelque soit son age et Dumbledore assez gamin pour se prêter au jeu...

Bon après la discussion finale avec Rogue semble un poil décalée à la lueur du dernier tome, mais c'est le risque d'écrire avant la fin de l'histoire.

Pour la musique j'ai pas encore écouté. Je ne suis pas seule dans le bureau (pour une fois), et le collègue (pourtant très musique-en-travaillant habituellement) est très sérieux en ce moment... il stresse à mort pour son oral du concours cnrs demain.

Edit : je connaissais pas non plus mais c'est très vif, ça va très bien au coté espiègle de Dumbledore, je trouve.

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2712
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mer 25 Mar - 14:22

Je pensais à Flamel, me basant sur le fait qu'ils étaient vieux tous les deux (je crois qu'à l'époque on n'avait qu'une idée vague de l'âge exact de Dumbledore) et qu'ils se connaissaient (cf tome 1). Maintenant que j'ai lu le tome 7 j'aurais plutôt mis Elphias Doge, mais j'aime bien Flamel pour son lien avec notre monde moldu, aussi ^^

Côté musique... J'aime beaucoup Noa! Je vous invite vraiment à l'explorer un peu plus Smile
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Jeu 2 Avr - 21:51

J'avais complètement oublié de publier mardi dernier et le reste de la semaine est plutôt chargé (coucou les migraines!) donc voilà le chapitre, désolée de vous avoir fait attendre...



Les Neuf Danses du Bal de la Chute
1981: Chute de Voldemort. Quelques scènes contemplatives qui gravitent autour de cette période. Une fic d'ambiance et expérimentale sur le concept des songfics.



* aussi publié sur Fanfiction.net: par ici

Avertissement: tout public
Disclaimer: L'univers et les personnages appartiennent à JK Rowling, je ne gagne pas d'argent avec mon texte.
Pas de spoiler particulier
Relectrice: Wanderin




5. Doleful Jig

Cette Gigue Dolente est accompagnée des paroles traduites et très librement adaptées de la chanson "Such a shame" des Cranberries.
* à écouter et à lire *


"Vous êtes accusés tous les quatre d'avoir capturé un Auror – Frank Londubat – et de l'avoir soumis au sortilège Doloris en pensant qu'il connaissait l'endroit où s'était réfugié votre maître exilé, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom…
– Père, je n'ai rien fait! s'écria le garçon d'une voix perçante. Je n'ai rien fait, je le jure! Père, ne me renvoie pas chez les Détraqueurs…
– En outre, vous êtes accusés, s'écria Mr Croupton, d'avoir fait subir le sortilège Doloris à l'épouse de Frank Londubat lorsque vous avez compris qu'il ne vous révèlerait pas l'information que vous recherchiez."


Tome 4, chapitre 30 (La Pensine)

"C'est ma mère qui m'a sauvé la vie, dit-il. Elle savait qu'elle allait bientôt mourir et elle a demandé à mon père, comme dernière faveur, de m'arracher de ma prison. Il l'aimait profondément. Tout l'amour qu'il ne m'avait pas donné, il l'éprouvait pour elle.
Et il a fini par accepter. Ils sont venus me voir à Azkaban et m'ont donné à boire une gorgée de Polynectar qui contenait un cheveu de ma mère. Elle-même en a bu une gorgée qui, cette fois, contenait un de mes cheveux. Nous avons donc échangé nos apparences."


Tome 4, chapitre 35 (Veritaserum)




Et voilà, Frank va encore rentrer tard. La poisse… Reviendra-t-il un jour à des horaires normaux? Et c'est à peine si je ne me suis pas faite rabrouer par son collègue. Comme si c'était de ma faute. Moi qui croyais que ça serait enfin plus calme depuis la disparition de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, j'ai été servie. Nous sommes tous sur les dents et les conditions de travail des Aurors sont toujours aussi indécentes…
Et puis il m'a fait peur, celui-là, à passer la tête dans la cheminée aussi brusquement! Il est vraiment effrayant, avec son nez en loques, et il y a quelque chose d'angoissant dans son regard… Je me demande bien comment ils font pour faire équipe avec un type aussi sinistre.

Bon, où j'en étais? Ah oui, les petits pains au four. Il était temps, encore une minute et ils brûlaient. Reprenons ce gâteau… Il faut que je rattrape cette crème, elle a bien mauvaise mine.

"Mais vous avez encore baissé votre grille d'âtre?!
– C'est pas possible d'être un peu tranquille chez soi?! Bon, qui est là? …Oh, pardon, belle-maman…
– J'espère bien, oui! Ouvre-moi donc, ma fille; quelle idée d'installer une grille d'âtre! Un faux mouvement, et c'est la bosse assurée!
– Mais sans cela, n'importe qui pourrait entrer dans la maison, belle-maman.
– Peut-être bien, mais moi je ne suis pas n'importe qui et je n'en peux plus de manquer de m'assommer à chaque fois que je passe un coup de chemintête!
– Je suis désolée, belle-maman.
– Bon. Je voulais simplement prévenir que je vais garder Neville, ce soir.
– Quoi? Mais il n'en est pas question!
– Il a beaucoup joué, et il est fatigué. Algie et Enid sont aussi à la maison, ils ne le voient pas souvent…
– Mais…
– Allons, profitez-en pour vous reposer, Alice! C'est tellement éprouvant, à cet âge-là, et vous ne vous facilitez pas la tâche, ma petite, avec la vie que vous menez.
– Je ne vous permet pas…
– Allons, ma fille, je vous le ramène dès demain… Je peux bien garder un peu mon petit-fils, tout de même?
– Oh, bon. Très bien.
– Alors, c'est entendu! Bonne soirée, Alice, et passez le bonjour à mon fiston!
– Je n'y manquerai pas, belle-maman.

* * *
*


Et voilà, Alice m'attend encore, alors qu'il est presque minuit… Enfin je ne vais pas m'en plaindre, mais elle aurait mieux fait de se coucher… Et je suis encore de service de nuit toute la semaine prochaine.
Au Q.G., tout le monde est à bout… Déjà que nous perdons trop souvent nos bons éléments, la perte de Potter nous a tous minés. Et la tâche est encore plus ardue, maintenant que nos ennemis n'ont plus rien à perdre…

Allons dormir, ça ira mieux demain…

* * *
*


Dans la quiétude parfaite enfin retrouvée de la maison endormie, un quatuor d'éclairs jaillit soudain. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le chaos s'est invité et a tout bousculé avec la violence d'un ouragan.
A présent, Alice est paralysée par un Stupéfix, encore à moitié recouverte de draps froissés. Frank, plus prompt à réagir, n'a pourtant pas été assez rapide. Cloué au mur, rompu par la virulence du choc et la soudaineté de l'attaque, il tente péniblement de retrouver sa respiration. La fatigue accumulée depuis trop longtemps et ses nerfs à vif lui donnent un air maladif…

Quatre Mangemorts trônent sur la moquette du pied de lit. Alice a un pincement au cœur en reconnaissant le plus jeune d'entre eux, un blondinet d'à peine vingt ans, qu'elle avait parfois croisé dans les couloirs de Poudlard.

Celui qui semble être le meneur est une femme élancée au port altier, imposante par sa seule présence.
Sous ses paupières lourdes dignes d'une impératrice, le regard intense fait froid dans le dos. La voix est forte, grave, assurée et incroyablement gutturale.

"Alors, Auror, on fait moins le malin? Hé, mais je te reconnais, toi! Evidemment…Londubat. J'aurais dû y penser plus tôt, avec un nom pareil. Quand j'ai quitté Poudlard, tu n'étais qu'en deuxième année, et déjà sérieux comme un druide! J'ai rarement connu quelqu'un d'aussi ennuyeux, d'aussi mortellement ennuyeux, ha ha… A ce que je vois tu n'as pas changé d'un pouce!

Eh bien je suis vraiment désolée pour toi
Tu seras toujours le même
Parce que tu es triste, tu es triste,
Et je te trouve bien égoïste


C'est même incroyable que tu aies pu trouver à te marier!
Enfin, je ne suis pas venue pour ça. Dis-moi où est le Maître! Qu'en avez-vous fait?
Oh, tu ne veux pas le dire, j'oubliais ton orgueil, ce réflexe stupide, mais là c'est carrément suicidaire, tu sais?

Et tu joues un jeu vicieux,
Parce que tu es mauvais, tu es mauvais,
Et tu finiras tout seul


Ah, on rigole moins, avec le Doloris, hein?! Oublie ton orgueil, petit lionceau à la noix, tu ne vois pas que ça va te perdre? Je ne te demande pourtant pas grand chose!

Et tu devrais finir dans la douleur
Parce que tu es fou, tu es fou


Ha, tu ne sais pas?! Tu ne sais pas! Tu te payes ma tête, Auror! Tu le sais forcément!
Où est-Il? Oh, tu n'en sais rien? Très bien! Tu me déçois vraiment beaucoup, petit prétentieux…
Rien que de la poudre aux yeux, cet insigne, tu ne crois pas? Oh mais non, nous n'allons pas en rester là, certainement pas! Tu vas payer pour ton orgueil, ta suffisance, et ton ignorance!

Je te trouve affreux,
Je te trouve horrible,
Un nul!


* * *
*


Mon pauvre, pauvre Frank. Justice sera faite, assurément, mais ça ne te rendra pas la raison… Hélas, mon pauvre fils… Enfin, on ne peut pas revenir sur le passé, il faut bien continuer…

Ah, voici les accusés. Des Mangemorts bien connus, pas de surprise… Tiens, qui est donc le quatrième, ce blondinet tout jeunot? Mais oui, c'est bien le petit Croupton Junior… Oh Merlin! Jugé par son propre père… Comment peut-on en arriver là?
Voyons, de quoi je me souviens, au sujet de ce petit bonhomme qui pleurait sa mère sur le quai du Poudlard Express…? Eh bien, maintenant que j'y pense, son père n'a pas l'air de lui avoir jamais porté la moindre affection, ni le moindre intérêt… Comment voulez-vous qu'un gamin grandisse bien, s'il ne se sent pas estimé par son père… Beau résultat, en vérité! Complètement déséquilibré… Voilà à quoi ça mène, un enfant mal élevé!

C'est ton mauvais caractère
Mais tu ne t'en rends pas compte


Et ta pauvre mère, rongée par cette saleté de maladie, quelle belle manière de la remercier… Toi l'enfant gâté, l'enfant pourri, l'enfant ingrat!

Quelle honte, quelle honte,
Tu seras toujours le même;
Je plains la mère
Qui a supporté tes caprices

Arrogance, ignorance…


* * *
*


Oh mon fils, mon fils! Mon brave fiston va aller en prison! Oh, ces maudits Détraqueurs... Ce n'est pas possible, il s'est forcément trouvé au mauvais endroit au mauvais moment ou bien il était soumis à l'Imperium…

Barty, Barty! Tu es son père! Si tu m'aimes tant que ça, ne lui fais pas ça! Ne me fais pas ça!
Mais tu n'écoutes pas… Je sais, oh, je sais bien que tu ne l'as jamais aimé! Ton propre fils!

Je devrais trouver que tu es bien égoïste,
Je devrais trouver que tu es bien minable
C'est ton mauvais caractère


Tu le savais, pourtant, que ce n'était qu'un mariage de raison! Tu le savais depuis le début, mais tu as préféré faire l'autruche! Tu as préféré faire semblant pendant tout ce temps, parce que tu étais fou de moi et que ça t'arrangeait bien d'être justement un bon parti pour ma famille!

Tu le sais, que je ne me suis pas mariée par amour! Tout mon amour, je l'ai donné à mon fils, et toi tu n'as jamais rien eu!
Aujourd'hui tu m'enlèves mon fils, ma chair, mon sang, ma seule consolation, ma seule lumière dans cette morne vie!

Je devrais trouver que tu es bien ingrat
Envers ce que tu n'as jamais eu
C'est ton mauvais caractère


Honte! Honte à toi!


Dernière édition par Leïa Tortoise le Ven 3 Avr - 9:47, édité 1 fois
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Nausicaa le Jeu 2 Avr - 22:33

Chouette ! Encore de la lecture, ce soir ! cheers (On a fait fort, pour publier nos fics aujourd'hui, toutes les 3 !)

D'abord, je ne connaissais pas la chanson (j'ai bien eu une période Cranberries, mais c'était au début de leur popularité, moins maintenant). J'aime bien !
Mais ce que j'aime surtout c'est ta façon de faire partager les répliques à différents personnages. applaudis

Les premières répliques (Bella ? Non, parce que j'ai hésité avec Croupton Junior à un moment), j'ai trouvé étonnant de prendre encore le parti des méchants (mais, bon, pourquoi pas). Puis quand ça passe à la grand-mère Londubat, j'ai trouvé bien senti ce retournement de situation. Et la fin sur la mère Croupton, c'est aussi très bien amené. On retrouve bien l'esprit de chassé-croisé (je suis nulle en danse mais c'est ça, une gigue ?).

En parlant de gigue, j'ai éclaté de rire en lisant le titre "Gigue Dolente" (désolée, j'imagine que ça devait pas être fait exprès, mais de la prononcer à voix haute, je trouve que ça sonnait comme un nom de personnage comique, un peu à la Pratchett, maintenant que j'y pense ! Razz ).

quelle idée d'installer une grille d'âtre! (...)
– Mais sans cela, n'importe qui pourrait entrer dans la maison, belle-maman.
Han mais oui mais c'est vrai, ça ! scratch J'y avais jamais pensé ! Razz

Et la tâche est encore plus ardue, maintenant que nos ennemis n'ont plus rien à perdre…
Très juste... Neutral (Enfin, pour les "fous de Voldemort", en tout cas).

Sinon, pour le rapprochement chanson / fic, (outre le thème, contenu, etc), j'ai trouvé que la voix de Dolores (je sais plus trop comment Embarassed ) allait très bien à Bellatrix. Après, pour les autres dames, je ne peux pas trop dire (vu qu'on les connait moins), mais le trémolo de la voix rend bien le tragique-hystérique de leur ressenti à chacune...


Merci pour ce moment multimédia ! Content
Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Ven 3 Avr - 10:23

Je suis contente que tu apprécie autant ce chapitre! Je me souviens que je m'étais donné beaucoup de mal pour trouver les personnages et les situations qui pouvaient suivre la chanson...
Un petit passage dans la peau de Bella (oui, pas junior, mais effectivement ça aurait pu), je trouve ça toujours passionnant d'essayer de se mettre à leur place, d'imaginer comment ils raisonnent et agissent... (sans pour autant les approuver, bien sûr!)

Euh, gigue, chassé-croisé? Je dois être encore plus nulle en danse que toi donc j'en sais trop rien... Je crois que je me suis surtout inspirée de l'aspect frénétique et "piégeur" de cette danse qu'on associe souvent aux fées, lutins, etc: c'est une des images traditionnelles, le vol d'enfants mortels ou le mauvais tour joué aux voyageurs égarés qui sont obligés de danser jusqu'à en mourir d'épuisement...

C'est aussi pour ça que j'ai accolé "dolente", au début j'avaios mis "douloureuse" mais je trouvais sûrement que ça faisait pas assez classe...
Le résultat est plutôt involontairement comique, j'en conviens volontiers Laughing

Pour la grille d'âtre je me demande si je n'avais pas trouvé l'idée dans les fics de Alixe (qu'il est inutile de dire que je vous recommande très chaudement?), ou en tous cas elle aussi à pensé à ce détail.

Et oui, pour une fois la chanson et pas seulement les paroles était assez proche des personnages, c'est vrai! La voix de Dolores O'Riordan peut coller à tout moment, finalement... Je n'avais pas remarqué, enfin je ne m'étais pas vraiment arrêtée sur les mélodies et les voix, puisque j'avais construit mon plan surtout sur les paroles puisque le plus important était de broder autour, le reste était secondaire... C'est un peu paradoxal puisque les lecteurs y prêtent beaucoup plus d'attention, en découvrant la chanson liée!

Bon ben merci pour ce beau commentaire!
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Syrinx le Ven 3 Avr - 10:50

moi non plus je ne connaissais pas la chanson, enfin je crois. Le style des Cranberries est cependant tellement reconnaissable, que j'ai l'impression de l'avoir déjà entendue, de la connaitre depuis un bail.

bon sinon j'aime bien le principe des changements des points de vue, Alice, Frank, Bellatrix, la grand mère, la mère de Barty...
J'aime surtout celui de la grand mère, qui trouve des excuses presque à Barty junior, pour accabler le père. Elle pourrait être aveuglée de colère ou par la peine, mais elle remarque quand même l'ironie dramatique du procés : un père jugeant son fils.
Et il y a Mme Croupton, elle a mené sa vie, désabusé, en aimant que son fils et on lui enlève...

j'ai bien aimé ce chapitre, il retranscrit toutes les facettes d'un évènement tragique. J'aime bien ce principe qui explique les motivations et visions de chacun pour finalement arriver à la conclusion que l'on connait. Tout s'enchaine implacablement.

applaudis un beau chapitre !

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2712
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mar 7 Avr - 21:26

Merci, merci! Maintenant, un retour en petit "délire" en première partie (j'avais même glissé une citation exacte de Rowling, saurez-vous la retrouver? satisfait ), et une deuxième partie autrement plus "plombante"...



Les Neuf Danses du Bal de la Chute
1981: Chute de Voldemort. Quelques scènes contemplatives qui gravitent autour de cette période. Une fic d'ambiance et expérimentale sur le concept des songfics.



* aussi publié sur Fanfiction.net: par ici

Avertissement: tout public
Disclaimer: L'univers et les personnages appartiennent à JK Rowling, je ne gagne pas d'argent avec mon texte.
Pas de spoiler particulier
Relectrice: Wanderin




6. Upset Swing

Ce Swing Détraqué est accompagné des paroles traduites et très librement adaptées de la chanson "Indefinitely" du groupe Travis.
* à écouter et à lire *


"– Oui, répondit Dumbledore. Il gardera cette cicatrice à tout jamais.
– Vous ne pourriez pas arranger ça, Dumbledore?
– Même si je le pouvais, je ne le ferais pas. Les cicatrices sont parfois utiles. Moi-même, j'en ai une au-dessus du genou gauche, qui représente le plan exact du métro de Londres."


Tome 1, chapitre 1 (Le Survivant)

"… Hagrid est un homme généreux et c'est mon ami. Quand on a découvert mon existence et qu'on m'a accusé d'avoir tué une jeune fille, il m'a protégé. Et depuis ce temps-là, je vis ici, dans la forêt, où Hagrid vient parfois me rendre visite. Il m'a même trouvé une épouse, Mosag, et, comme tu peux le voir, ma famille s'est agrandie…"

Tome 2, chapitre 15 (Aragog)

"– Continue à marmonner comme ça et je ne vais pas tarder à devenir un véritable assassin! s'exclama Sirius d'un ton exaspéré en claquant la porte derrière l'elfe.
– Sirius, il n'a plus toute sa tête, plaida Hermione. A mon avis, il ne s'aperçoit pas qu'on entend ce qu'il dit.
– Il est resté seul trop longtemps à obéir aux ordres déments du portrait de ma mère et à parler tout seul, répondit Sirius, mais de toute façon, il a toujours été un horrible petit…"


Tome 5, chapitre 6 (La noble et très ancienne maison des Black)

Pour les membres de la famille Black, je m'étais inspirée de l'arbre généalogique disponible sur EHP




Confortablement installé au coin du feu, Albus Dumbledore devisait aimablement avec son garde-chasse. De temps en temps, Abelforth s'asseyait avec eux quelques instants, avant de retourner au comptoir de son pub crasseux.

"– Dites-moi, Hagrid… Avez-vous revu Aragog, depuis…tout ce temps?
– Eh bien, j'ai attendu longtemps, monsieur le directeur, mais j'ai fini par me décider à lui rendre visite. Il s'est bien installé, vraiment. Son antre dans la Forêt est très bien situé, il ne dérange personne et les centaures s'y sont accommodés.
– Très bien, très bien! Vous devez être ravi, je suis content pour vous.
– Oh oui, j'étais fou de joie de le revoir aussi bien installé! Il m'en voulait un peu de ne pas lui avoir rendu visite plus tôt, et c'est vrai qu'il m'a bien manqué pendant toutes ces années, mais je n'osais vraiment pas, et ça me rappelait trop de mauvais souvenirs quand j'y pensais, et il m'a vite pardonné. Je lui ai promis que je retournerai régulièrement à sa clairière.
– Vous auriez dû m'en parler, Hagrid! Quel dommage que vous ayez perdu tout ce temps à hésiter… Ce n'était vraiment pas la peine! De quoi vous inquiétez-vous donc, Rubeus?
– Je n'ai jamais oublié tout ce qui s'est dit, à l'époque où Aragog est parti dans la Forêt, monsieur…
– Il ne faut pas prêter attention aux ragots, Hagrid. Ne les écoutez pas, c'est ça le mieux. Tenez, il y a quelques mois, mon propre frère a été poursuivi en justice pour avoir pratiqué des sortilèges illégaux sur une chèvre, vous vous souvenez? C'était dans tous les journaux, mais est-ce qu'Abelforth a été se cacher? Pas du tout! Il a gardé la tête droite et a vaqué à ses occupations habituelles comme si de rien n'était! Remarquez, je ne suis pas absolument certain qu'il sache lire, sa bravoure n'avait donc peut-être rien à voir là-dedans…" ajouta Dumbledore en fronçant les sourcils.

Mais ledit frère revenait du comptoir à ce moment-là et le gratifia d'une bourrade dans les côtes:

"Dis donc, frérot, je ne te permets pas de blasphémer ton aîné! Bien sûr que je sais lire. Le tout, c'est de décider de ne pas savoir le faire pour les choses qui n'en valent pas la peine. Prenez-en donc un peu de la graine, mon grand!
– Tout à fait, Hagrid! Je n'aimerais pas que vous preniez trop exemple sur Abel, mais sur ce point je l'approuve entièrement. Tout dans la nuance, comme toujours… Au fait, l'aîné, j'aurais besoin d'une astuce infaillible pour ne pas me perdre dans le métro londonien, tu vas bien avoir une idée…?
– Pourquoi tu veux un truc pour t'y retrouver dans ce foutu labyrinthe moldu?
– Mais pour m'y promener, Abel… Le côté moldu de Londres recèle de vraies merveilles.
– Bof… Chacun ses goûts. Mais tu n'as qu'à t'acheter un plan, et voilà!
– Le problème, c'est que je ne me sens pas encore assez à l'aise au milieu des Moldus pour leur acheter quoi que ce soit…
– Oh, bon! Si c'est que ça, je peux t'aider. Attends, je vais passer quelques coups de chemintête…"

Quelques instants plus tard, il revenait accompagné d'un gringalet à l'air fiévreux, vêtu d'une robe de travail élimée et sa cape mise à l'envers.

"Voilà, je vous présente Ted Tonks, un sorcier d'origine moldue.
– Bonjour, Professeur Dumbledore! Voilà votre plan de métro, je viens tout juste de l'acheter pour vous.
– Bonsoir, mon brave… Oh, je vous reconnais! Vous étiez à Serdaigle, et vous vous êtes marié à cette étonnante Andromeda Black, n'est-ce pas? Oui, c'est bien cela. Eh bien, merci pour ce plan! …Oh, mais dites donc, c'est que c'est immense, quand on le déplie! Ce n'est pas pratique du tout!
– Oui, en effet, monsieur, c'est pour ça que les Moldus en affichent dans les couloirs du métro…
– J'ai besoin d'être plus discret que ça, moi… Voyons, comment pourrais-je?
– Petit frère, je crois qu'il est temps d'aller jusqu'au bout de ton pari!

– Tu ne te souviens pas? Les BUSEs d'Etudes des Moldus! C'était à celui qui se ferait l'anti-sèche la plus infaillible et la plus complète!
– Oh, c'est vrai! Je crois bien que j'ai toujours le dessin des lignes principales au-dessus de mon genou!
– Eh bien, monsieur Dumbledore, intervint Ted, elle est là, la solution! Je suis spécialiste des Runes au Ministère, mais mes parents tiennent un petit salon de tatouage moldu, et je pense que je pourrais continuer votre dessin en tatouant toutes les lignes!
– Un tatouage? Hmm, ça pourrait bien être la solution, en effet. Eh bien, pourquoi pas!
– Montrez-moi ça, que je voie si le dessin est encore utilisable…
– Certainement! Le henné sorcier ne part pas comme ça. Ah, cette chère Chandra Patil…
– Abelforth, tes conquêtes te perdront – autant que tes paris débiles, d'ailleurs. Alors, qu'est-ce que vous en pensez?
– Oui, les proportions sont convenables, le dessin est juste et les traits précis… Du bon travail, soit dit en passant… Oui, je pense que je peux m'en servir comme support pour un tatouage du plan intégral.
– Alors allons-y!
– Tu as vraiment peur de te perdre, Albus? Ingénieux comme tu es?
– Je pensais comme toi, mais la première fois que j'ai essayé, je me suis complètement perdu dans ce dédale de néons… Une vraie jungle! C'était comme si j'étais pris au piège d'une toile d'araignée géante. C'était réellement oppressant, et je vous avoue que je ne faisais pas le fier.
– Brrr… Ils sont fous ces Moldus!
– Pour une fois, je suis d'accord avec toi.
– En parlant d'araignées, Professeur…
– Oui, Hagrid?
– Je me demandais si… Je sais bien que ça ne serait pas très raisonnable mais…
– Quoi donc, Rubeus?
– Je… Voilà: tout à l'heure, quand j'ai pris la Venelle du Lard-Cinq pour venir boire un verre ici… Je me suis fait aborder par un sorcier indonésien qui cherchait un acquéreur pour une femelle Acromentule presque adulte, et pour vraiment pas cher du tout! Alors je me disais… Aragog… Il s'ennuie, tout seul, alors… Je ne me suis pas encore engagé, j'avais besoin de boire un verre pour réfléchir, mais… Qu'est-ce que vous en pensez?
– Hmm… Cela pourrait devenir dangereux, Hagrid.
– Mais Aragog n'a jamais posé de problèmes, monsieur!
– C'est vrai… Bon, vous avez sans doute raison. Faites donc comme vous le sentez, mais je compte sur vous pour veiller à ce qu'il ne s'en crée pas, des problèmes! Entendu?
– Oh! Bien sûr, monsieur professeur le directeur! Si vous saviez comme vous me soulagez! Je suis libéré d'un sacré poids! Excusez-moi, je vous quitte! J'espère que l'indonésien est toujours là… Je vais l'appeler Mosag! Euh, j'avais déjà un peu réfléchi… Vous croyez que ça ira, professeur?
– Mais oui, Hagrid, mais oui, c'est parfait! …A demain! Dites, Ted, c'est normal que ça saigne autant?
– Heu, je ne suis pas encore tout à fait au point avec les aiguilles sorcières… Mais j'ai prévu de l'essence de Murlap, ne vous inquiétez pas!"

* * *
*


(argh, trop long! Bon ben deuxième partie ci-dessous, du coup!)


Dernière édition par Leïa Tortoise le Mar 7 Avr - 21:27, édité 1 fois
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mar 7 Avr - 21:27

* * *
*


Quelque part dans une rue de Londres, invisible au yeux des Moldus impurs et incartable aux yeux des sorciers indignes, la très noble demeure de l'illustre famille Black commençait sérieusement à sentir le renfermé. Ce n'étaient que des petits signes, la dégradation n'était pas encore flagrante, mais un œil exercé décelait aisément la décrépitude croissante de la respectable demeure. Elle n'avait jamais été aussi mal entretenue… Comme si elle était abandonnée, délaissée, livrée aux assauts du temps qui fait son œuvre.

Et pourtant, il y avait encore un semblant de vie sous ce toit… Un petit être fripé et hideux clopinait péniblement à travers un salon poussiéreux, ahanant sous le poids du plateau qu'il apportait.

"Voilà vos potions, Maîtresse" couina-t-il d'un air dévot lorsqu'il eut atteint son but: une forme avachie dans un fauteuil défraîchi. Face au manque total de réaction de cette triste silhouette, il couina de plus belle:

"Kreattur va vous aider, maîtresse, tout va bien aller, Kreattur le dit, il faut pas vous laisser aller, maîtresse… Le temps viendra, oh oui le temps viendra et la maîtresse sera là! Et Kreattur la servira tout le temps, tout le temps!"

La litanie aurait pu durer longtemps s'il n'avait été interrompu par une voix infiniment lasse qui le tança avec dédain:

"Tais-toi, sale bête! Tu me fatigues. Retourne dans ta cuisine, ça sera mieux."

Le serviteur obéit, moitié euphorique d'avoir suscité une réaction, moitié honteux de déranger sa chère maîtresse, et indéniablement déçu qu'elle reste aussi abattue.

Une fois le silence revenu dans le salon, la femme du fauteuil se saisit mollement du plateau, et ingurgita lentement les potions qu'il portait. Lorsqu'elle eut fini, elle laissa tomber le tout sur la moquette sans plus s'en préoccuper. Elle se sentait vaguement mieux, mais rien désormais ne parvenait à la sortir de sa torpeur d'amertume.

Elle se mit laborieusement debout, et commença à arpenter lourdement la pièce, ses yeux s'arrêtant quelques instants sur son reflet dans la psyché ternie. Elle n'avait rien perdu de sa forte carrure, mais elle avait perdu du poids et son visage était mangé par de profondes cernes. Ses cheveux en désordre comptaient désormais plus de gris et de blanc qu'autre chose, et sa peau n'était plus qu'un champ de rides. Elle n'avait que 57 ans, mais elle en faisait le double…

Elle traîna des pieds un peu plus loin, et se campa devant l'immense tapisserie qui couvrait tout un mur. Un rictus lui tordit les lèvres alors qu'elle faisait encore une fois le tour de sa descendance. Regulus, qui avait déçu tout le monde et failli à son destin. Eliminé par Voldemort lui-même, quelle honte… Mais pourquoi donc cet idiot avait-il paniqué? Elle ignora le morceau brûlé à l'autre bout de la branche, et remonta à sa propre génération. Une autre brûlure à ignorer, et puis Cygnus. Elle ne le voyait plus souvent, mais lui au moins savait d'où ils venaient tous. Il avait choisi le meilleur parti: cette bonne Druella Rosier. Elle pouvait être fière de ses nièces! Quel dommage que Bellatrix se soit laissée emprisonner… Et encore un trou dans l'épaisse toile. Décidément, il y en avait beaucoup trop, c'était une honte, tous ces trous dans ce chef-d'œuvre de Sang Pur!

Walburga Black – car c'était elle – était la dernière occupante du 12, Square Grimmaurd, et depuis que son mari Orion était mort, elle avait l'impression que tout était parti en fumée. Elle passait ses journées à ruminer ses sombres pensées, parfois elle ne quittait pas son lit pendant plusieurs jours, elle ne mettait plus guère les pieds dans la salle de bains. Et chaque jour, elle ne pouvait s'empêcher de retourner le couteau dans ses plaies, de considérer sa situation actuelle, de penser aux jours anciens, aux jours de gloire sous la bannière du Seigneur des Ténèbres…

Chaque jour, de n'importe quelle manière, je sombre.
Tout ce que chacun dit me met en marche/arrêt.


Et malgré tout, malgré la roue qui avait tourné, elle restait là, ultime pilier véritable de la longue lignée Black. Elle mettait un point d'honneur à rester dans cette maison. Sa nièce Narcissa lui avait déjà proposé de s'installer au Manoir Malefoy, et c'était une proposition tentante, mais elle avait refusé, et l'avait répété à chaque nouvelle invitation. Cygnus et Druella s'étaient eux aussi repliés sur eux-mêmes, et elle ne se faisait pas d'illusion sur sa propre allure actuelle. Mais elle résistait. La demeure familiale ne périrait pas.



Braquez une lampe sur moi, pour que chacun puisse voir que je resterai ici indéfiniment.

Les jours passaient indifféremment, les heures se ressemblaient toutes. Elle avait depuis longtemps perdu la notion du temps; elle ne reconnaissait même plus les saisons, constamment murée dans son cher bastion.

Le temps existe mais seulement sur vos poignets alors pas de panique. Les moments durent et les vies se perdent en un jour.
Alors je vous en conjure: jetez vos montres, car il n'y a aucun temps à perdre. Et je vais rester ici indéfiniment.


Elle savait bien qu'elle n'était pas immortelle, et que l'avenir de l'antique bâtisse se ferait alors plus incertain encore. Aussi, elle avait pris commande d'un tableau magique, un portrait trônant dans le vestibule, quasiment grandeur nature, qui projetterait un reflet d'elle-même quand elle ne pourrait plus s'y tenir en personne. Elle réalisa qu'elle était venue se placer devant sans même avoir eu conscience de se déplacer, perdue dans la contemplation de la toile tendue sur son cadre de bois-sorcier, pour l'instant vierge de toute image mais vibrant nettement de magie contenue, comme une puissance latente qui attendrait un signal pour se déployer…

Les rangées de fils savamment entrecroisés avaient comme un effet hypnotique, auquel elle ne résista pas longtemps…

Elle eut alors l'étrange sensation de se trouver en face d'elle-même, digne et intraitable, dominant son antre bien après que ses os soient tombés en poussière… La scène était baignée d'une douce auréole de magie, qui suintait littéralement de la pièce tissée.

Et je vais rester ici alors laisse-moi juste exister.
Maintenant je peux voir l'aura de mon reflet…


Quoiqu'il arrive, et même si ses pires craintes devenaient réalité (que la maison tombe dans des mains sales, principalement), rien ni personne ne pourrait lutter contre la Glu Perpétuelle et la magie picturale. Elle défendrait son domaine jusqu'à la fin des temps!

Et je vais rester ici indéfiniment, et je vais rester ici alors laisse-moi juste exister, indéfiniment, indéfiniment, indéfiniment, indéfiniment…


Son frêle serviteur avait reparu, incapable de s'éloigner trop longtemps de sa maîtresse vénérée. Celle-ci l'aperçut du coin de l'œil, et, toujours captive du maëlstrom de visions vengeresses, elle éclata d'un rire dément, qui se répercuta aussitôt sur les épaules fripées du vieil elfe dans un accès de jubilation hystérique.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Nausicaa le Mer 8 Avr - 18:32

Razz Marrante, la première partie. Merci d'avoir ENFIN trouvé une explication au fameux plan sous le genou gauche de Dumbledore ! applaudis

Bon, là, je ne suis pas chez moi, alors j'ai lu sans la bande son... Et j'avoue que je ne fais pas encore bien le lien entre les deux parties... scratch

Mais je pense avoir trouvé le passage écrit par J. K. Rowling, c'est au moment d'expliquer qu'Abelforth fut accusé pour ses trucs bizarres avec une chèvre et où Dumbledore (Albus) confie qu'il n'est pas certain qu'il sache lire, etc... Question (Par contre, si j'ai bien reconnu le passage, il y a une tournure qui m'a fait tiquer, c'est le :
mais est-ce qu'Abelforth a été se cacher
C'est pas pour me la jouer "pinailleuse" Wink à mon tour, c'est que je reprends souvent mes enfants quand ils utilisent cette tournure au lieu de "est allé se cacher")...

Je repasserai pour la review "avec son" et tout...
Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Syrinx le Mer 8 Avr - 19:16

wé!!! Travis, mes chouchous ! (bon, un peu laissés à l'abandon, ces derniers temps, c'est vrai)

La première partie est toute légère, et rigolotte, avec l'histoire du plan du metro londonien tatoué. Un peu moins avec les acromentules, quand on connait certains faits de leur descendance.
La seconde est plus sombre, mais en même temps j'ai du mal à plainde Walburga. Cela dit, la musique s'accorde parfaitement à sa mélancolie.

euh... par contre j'ai du mal à voir moi aussi le lien entre les parties

Et puis pour la phrase venant de Rowling, j'aurais dit aussi "je ne suis pas absolument certain qu'il sache lire" (même si j'arrive après la bataille)
Bisou

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2712
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Jeu 9 Avr - 10:04

le lien entre les deux parties... cherchez pas, y'en a pas Laughing

C'est juste que le plan londonnien était une de mes toutes premières idées avant que je sache dans quoi je m'embarquais et donc je tenais à l'insérer.
Mais dans mon choix de musique, j'avais trouvé celle-là qui m'évoquait une image du déclin de la maison Black qui me "parlait", même si moi non plus je ne la "plains" pas, mais il y a un côté romantico-dramatique qui m'inspire vraiment...

Et bravo pour les phrases de Rowling, c'était bien ça! (et oups pour le pinaillage, t'as raison, Nau'! faudra que je corrige!)
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Jeu 23 Avr - 21:24

Désolée, j'ai encore oublié de continuer à poster, depuis un bout de temps... (woups!)



Les Neuf Danses du Bal de la Chute
1981: Chute de Voldemort. Quelques scènes contemplatives qui gravitent autour de cette période. Une fic d'ambiance et expérimentale sur le concept des songfics.



* aussi publié sur Fanfiction.net: par ici

Avertissement: tout public
Disclaimer: L'univers et les personnages appartiennent à JK Rowling, je ne gagne pas d'argent avec mon texte.
Pas de spoiler particulier
Relectrice: Wanderin




7 : Madness Rock'n'Roll

Ce Rock de la Démence est accompagné des paroles traduites et très librement adaptées de la chanson "Helping Hand" du groupe Superbus.
* à écouter et à lire *


"– Azkaban doit être un endroit horrible, murmura Harry.
La mine sombre, Lupin approuva d'un signe de tête.
– La forteresse est située sur un minuscule îlot au large des côtes, mais il n'y a même pas besoin de mur ou d'eau pour garder les prisonniers. Ils sont enfermés dans leur propre tête, incapables d'avoir la moindre pensée agréable. La plupart d'entre eux deviennent fous en quelques semaines."


Tome 3, chapitre 10 (La carte du maraudeur)

"Dans un coin de la cuisine, Croûtard, le rat du jeune Ronald Weasley, se gavait de morceaux de gâteau tombés à terre. Ce rat était dorloté par les enfants. Il était gras et dodu à souhait. C’est sans doute ce qui lui valait une vie aussi longue. Il était dans la famille de rouquins depuis cinq années. Une vie très longue, incroyablement longue, anormalement longue, pour un simple rat des champs. Un rat avec un doigt en moins, trouvé par le tout jeune Percy qui rêvait depuis longtemps d’avoir un animal bien à lui."

L'étoile de plâtre ou l'effet gnome, de Lulu-Cyfair (grand merci à elle), chapitre 1 (malheureusement plus en ligne, c'est bien dommage).



La défaite, c'est déjà dur à avaler, mais c'était inévitable avec la disparition du Maître…
La prison, c'est saumâtre, et rien que ces foutus barreaux suffisent à me faire sortir de mes gonds. Mais il y a quelque chose d'étrange… Je crois que les Détraqueurs n'arrivent pas à me pomper mes souvenirs heureux, peut-être parce que mes joies sont toujours profondément, intégralement malsaines…
Mes compagnons d'infortune n'ont pas l'air d'être bien coriaces. Je sais que le fiston Croupton est dans la cellule d'à-côté, mais il ne fait absolument aucun bruit. Je crois que mon petit mari est aussi dans le coin, je l'ai entendu hurler et sangloter – il ne vaut pas mieux que les autres, finalement je l'avais surestimé, le Lestrange…
J'imagine que les Détraqueurs se gorgent de la faiblesse de ce ramassis d'incapables et font la fine bouche quand ils arrivent à ma cellule. Je dois avoir un goût aigre…

Je ressasse donc mes jours de gloire en toute impunité, et aucun de mes méfaits si jubilatoires ne m'est sorti de l'esprit. Je les ai tous encore en tête, je les revis comme si j'y étais… Mais j'ai perdu de ma superbe. J'ai l'impression de ne plus être la même, d'avoir laissé ma véritable personnalité derrière moi en même temps que ma liberté et ma dignité…

Car parfois je reviens à moi, comme si je sortais d'une longue transe, et alors je me rends compte que j'étais en train de me taper la tête contre le mur ou une autre ânerie de ce genre… Alors je prends conscience que pendant tout ce temps, toutes ces périodes où je m'oublie moi-même, je ne suis qu'une furie gigotant, agitée comme une puce, hyperactive… Surexcitée, presque euphorique… J'explose avec la force de l'énergie du désespoir!

Et le pire, c'est que je crois bien que mes éclairs de lucidité se font de plus en plus rares…

– Hé? Hé! C'est toi, Barty, à côté? Je sais que c'est toi, Bart! Je t'entends, tu sais? Hé! Pourquoi tu te renfonces dans le coin de ta cage? Je t'ai connu moins avare de ma compagnie, Bart!

Tu cours, cours, tu t'enfuis, tu as peur de moi – tu dis
Que je devrais voir un docteur
Tu trouves, trouves, trouves que je suis cinglée
Et maintenant tu as tellement peur de moi


– Hé, tu t'souviens du Bal d'Halloween de Pré-au-Lard?! Hein? Chuis sûre que tu t'en souviens, Bart! Ah ah, t'étais encore puceau, à l'époque! Allez, quoi, tu vas pas me tourner le dos maintenant qu'on est tous les deux dans la même poisse, vieux!

Mais il faut que tu comprennes que j'ai besoin d'un coup de main
Quelqu'un qui prenne soin de moi


– Bon, c'est vrai, on est pas restés ensemble longtemps, je jouais au défilé, en ce temps-là, – ah, le bon vieux temps… – mais t'étais quand même bien content que je t'aie remarqué un petit moment, pas vrai? Allez, quoi, sois sympa, viens me parler…

Il faut que tu comprennes que j'ai besoin d'un coup de main
Quelqu'un qui prenne soin de moi

– Hé, vieux, t'es vraiment trop triste, là… Du punch, du punch! Regarde-moi! Fais comme moi!

Je saute, saute, saute, saute dans tous les sens,
Je saute, saute, saute, saute partout en l'air


– Et, tu sais, mon pote, t'as raison de dire que je suis folle, mais on le devient tous, non? J'étais quand même pas comme ça, avant. Tu dis rien, ça veut dire "si", ça, hein?! Tu charries, c'est moi qui te le dis! J'étais juste délurée, mais pas en plein délire.

Car je sais que je suis cinglée, je sais que je suis feignante,
Je sais vraiment tout ce qu'il y a à savoir de moi;
J'ai besoin d'un docteur, j'ai besoin d'une sœur,
J'ai besoin de quelqu'un
Qui puisse prendre soin de moi
Mais il faut que tu comprennes que j'ai besoin d'un coup de main
Quelqu'un qui prenne soin de moi


– Yeah, vive Halloween! Salut, Bart! On danse?

Lève-toi, lève-toi, prend-moi la main, ramène-moi direct dans le groupe,
Debout, debout, prend-moi la main, ramène-moi direct dans le groupe;
Bouger; tu me fais danser, chanter fort,
Voler, quitter le sol, aller plus haut.
Plus haut, je vais plus haut.


* * *
*


A des kilomètres de là, sous l'air libre de Loutry Sainte Chaspoule, un petit rongeur tristounet gisait piteusement dans les fourrés. Il n'était pas encore crevé, mais ce n'était qu'une affaire de temps, et il le savait très bien. Trop bien, même. Il n'avait plus la moindre force, il était trop affaibli… Aucune chance.

Il faut que tu comprennes que j'ai besoin d'un coup de main
Quelqu'un qui prenne soin de moi


En percevant les vibrations d'une cavalcade effrénée, il crut qu'il serait finalement achevé par les sabots d'un jeune cheval fou, mais les pas s'arrêtèrent à quelques mètres de lui.

"Oh, le pauvre petit rat!"

L'animal souleva laborieusement ses paupières pour poser un regard mouillé sur un rouquin à lunettes, un galopin qui ne devait pas avoir plus de six ans, en dépit de son expression incroyablement sérieuse. Il se tenait le menton en inclinant la tête sur le côté, l'air méditatif.

"Comme j'aimerais que tu sois à moi… Je te soignerais et je m'occuperais de toi, je ferais attention à te mettre à l'abri de mes frères, et je ne me servirais jamais de toi pour jouer à la balle!
Mais Maman et Papa ne voudront pas…"

Une étincelle d'espoir avait jailli au fond des yeux de la créature épuisée.

Bon sang, tope-là, mon pote! Je serai un gentil raton bien sage! Je ne grignoterai pas n'importe quoi, je dormirai sur tes genoux, je me laisserai même trimballer dans tes poches, je… je…

Il faut que tu comprennes que j'ai besoin d'un coup de main
Quelqu'un qui prenne soin de moi


"Oh, et puis zut! J'en ai trop envie. J'arriverai bien à convaincre Papa et Maman. Attention, ça va peut-être te secouer un peu… Oh là là, tu as des puces, c'est pas bon pour moi, ça… J'apprendrai à te les enlever… Tu seras mon nouveau copain! Mon animal de compagnie à moi, et rien qu'à moi. Je m'appelle Percy. Comment je vais t'appeler, toi? Euh… Paillasson? Non, c'est nul! Euh… Crou… Croute? ...Croûtard? Oui! Croûtard!"

Le rat ferma les yeux de soulagement et léchouilla avec reconnaissance les doigts qui l'emportaient vers une nouvelle vie.
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Syrinx le Jeu 23 Avr - 22:32

Euh... j'ai dû avoir un petit soucis avec la musique... You tube a planté alors je me suis rabattue sur deezer, et euh... j'ai la chanson mais j'ai pas de paroles dessus... du coup je ne pense pas que ce soit la bonne ? en tout cas, l'air convient parfaitement à la première partie avec Bellatrix, et à la fin de la seconde...

ça me fait un peu bizarre de voir Bellatrix si "aguicheuse", enfin c'est pas vraiment ses pensées, ni même son passé qui me font tilter (je comprends qu'elle sombre dans la folie), mais plus sa façon de parler...

Quant à Queudver je suis un peu étonnée qu'il soit en si mauvaise posture... il me semblait que les rats étaient plutôt débrouillards. Cela dit ça explique bien son arrivée chez les Weasley.

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2712
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Ven 24 Avr - 10:08

Non, non, sur Deezer ce n'est pas la bonne - l'erreur est même reproduite sur tout l'album, j'en revenais pas, c'est pour ça que j'ai mis Youtube...

Sinon, sur le chapitre, en fait, c'est particulièrement flagrant que je tenais avant tout à la chanson et que je me suis efforcée de broder dessus...
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Nausicaa le Ven 24 Avr - 20:40

Leïa Tortoise a écrit:7 : Madness Rock'n'Roll
Houai ! Ça balance ! (J'la connaissais pas celle-là. J'aime assez, même si je ne suis pas très Superbus...).

Bien frappée pour la Bellatrix, en effet ! Razz

Je crois que les Détraqueurs n'arrivent pas à me pomper mes souvenirs heureux, peut-être parce que mes joies sont toujours profondément, intégralement malsaines…
Trop fort ! Elle se réjouit de trucs tellement horribles que l'effet des Détraqueurs marche pô sur elle ! applaudis Mieux, toutes les mauvaises pensées qu'ils doivent lui insuffler doivent encore plus la mettre dans tous ses états ! Clignote (Si c'est pas du masochisme, ça... sifflote ).

Sa façon de parler ne m'a pas tant surprise que ça. Si ça se trouve, J. K. Rowling a dû modérer ses répliques parce que je crois bien qu'on se rapproche du personnage, là (enfin, moi je la voyais assez comme ça, en tout cas... Bref.).

Le glissement vers Pettigrew, mouais, dans le texte (mais moins dans le "sautillement fou furieux et Cie.."). Mais c'est le principe de ta série qui veut ça (j'commence à piger, hein ! héhé ) donc, ça passe tout seul quand même.

Allez, je relance une fois encore la lecture de la chanson (et je sautille pour aller mettre les enfants en pyj ! ).

Merci ! Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Ven 24 Avr - 21:45

Houai ! Ça balance ! (J'la connaissais pas celle-là. J'aime assez, même si je ne suis pas très Superbus...).
Héhé! Il n'y a pas que les "tubes radio", des fois on est surpris en fouillant dans les albums... Bon j'dis ça mais je suis bien fan (même si y'a des chansons que j'aime moins) donc pas objective ^^

Trop fort ! Elle se réjouit de trucs tellement horribles que l'effet des Détraqueurs marche pô sur elle ! applaudis Mieux, toutes les mauvaises pensées qu'ils doivent lui insuffler doivent encore plus la mettre dans tous ses états ! (Si c'est pas du masochisme, ça... ).
Ah voilà: masochisme. Ca me rappelle qu'effectivement c'est bien comme ça que je la vois et d'ailleurs je me demande s'il n'y avait pas aussi une interview de JKR où elle dit elle-même que Bella est très maso. Elle vénère Voldemort, elle n'est pas seulement soumise, elle aime être sa servitrice, et par cet aspect c'est la plus extrêmiste des Mangemorts. (en compétition avec Barty Jr pour ça d'ailleurs)
Il y a un petit quelque chose de fascinant dans une nature tellement corrompue, tellement "à fond" dans son côté malsain et venimeux...
C'est un des personnages qui a le plus de profondeur dans la série Smile
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Syrinx le Ven 24 Avr - 23:24

J'ai réussi à écouter la bonne chanson au boulot, parce que chez moi, hein, ça a du mal. C'est sûr, ça déménage. Par contre je n'ai pas relu en même temps, du coup... mais ça m'a donné la patate pour l'après midi ! je retiens le titre pour les jours où je suis un peu flagada

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2712
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mer 13 Mai - 21:46

Heum... Décidément j'arrive pas à tenir le rythme de publication sifflote



Les Neuf Danses du Bal de la Chute
1981: Chute de Voldemort. Quelques scènes contemplatives qui gravitent autour de cette période. Une fic d'ambiance et expérimentale sur le concept des songfics.



* aussi publié sur Fanfiction.net: par ici

Avertissement: tout public
Disclaimer: L'univers et les personnages appartiennent à JK Rowling, je ne gagne pas d'argent avec mon texte.
Pas de spoiler particulier
Relectrice: Wanderin




8 : Childish Farandol

Cette Farandole Enfantine est accompagné des paroles traduites et très librement adaptées de la chanson "All Souls Night" de Loreena McKennitt.
* à écouter et à lire au même endroit ("more info", à droite) *


"Le jour du cinquième anniversaire de Dudley, la tante Marge avait donné des coups de canne dans les tibias de Harry pour l'empêcher de gagner aux chaises musicales."

Tome 3, chapitre 1 (Hibou express)

"Ca n'a rien de drôle, dit Ron d'un ton féroce. Quand j'avais trois ans, Fred a changé mon ours en peluche en une grosse araignée répugnante sous prétexte que j'avais cassé son balai miniature. Toi non plus, tu ne les aimerais pas si l'ours en peluche que tu serrais contre toi s'était retrouvé tout à coup avec plein de pattes et… Parcouru d'un frisson, il s'interrompit."

Tome 2, chapitre 9 (l'Avertissement)



C'était une fin de soirée comme les autres au 4, Privet Drive. Pendant que les Dursley s'installaient confortablement devant le journal télévisé, Harry, le rejeton indésirable, débarrassait la table, faisait la vaisselle et balayait la cuisine. Lorsqu'il put enfin retourner dans le salon, la plupart des gros titres avaient déjà été développés, comme tous les soirs.

Il s'installa sans un bruit sur sa chaise habituelle, au bout de la table du salon. Il aurait eu la place de se mettre sur le canapé, car sa petite carrure aurait trouvé son compte dans le petit espace qui restait entre les masses imposantes de Vernon et Dudley sous lesquelles s'affaissait légèrement le robuste sofa, mais ceux-ci ne le lui auraient jamais autorisé et de toute façon, cela lui convenait parfaitement. Il ne voyait pas très bien l'écran mais il pouvait s'appuyer sur les commentaires pour suivre autant que possible, et il préférait se tenir à l'écart des Dursley chaque fois qu'il le pouvait.

Coincée dans l'angle entre le canapé et la porte-fenêtre, Pétunia raccommodait grossièrement une vieux bermuda de Dudley usé jusqu'à la corde, qui rejoindrait bientôt les autres pantalons informes et démesurés de Harry.

Après un sujet sur la tournée de concerts d'un groupe de rock à la mode et un autre sur le mouvement de grève des postiers dans le Sussex, le journaliste lança un reportage qui éveilla grandement l'intérêt de Harry, autant que les reniflements indignés du couple Dursley: c'était la veille de la Toussaint, et Halloween était fêtée partout en Angleterre, provoquant des nuées de gamins insolents qui écumaient leur quartier en quémandant bonbons et autres sucreries, sous peine de mauvais sorts qu'ils auraient été bien incapables de jeter – ce qui ne manqua pas de faire grincer les dentitions (excepté celle de Dudley, baignant déjà dans sa salive), devant Harry.

Mais leur malaise augmenta encore quand le reporter se mit à parler de bandes d'hurluberlus qui souhaitaient remettre en valeur les origines celtiques et païennes de cette fête. Ainsi, des dizaines d'illuminés crapahutaient à cœur joie dans les vertes collines du Royaume-Uni, allumaient des feux de joie et cabriolaient jusqu'à plus soif. On prêtait toutes sortes de rumeurs à ces manifestations, mais malheureusement le lieutenant de police interrogé n'avait rien trouvé à en dire. Le journaliste, dépité, termina son reportage sur une dernière remarque suffisante, tandis que derrière lui s'étalait le spectacle des collines du Kent – où se trouvait cette année la plus grande concentration de ce phénomène – piquetées de feux clignotants dans la nuit tombante.

Les feux de joie parsèment les courbes des collines
Des silhouettes dansent en cercle
Pour battre ce rythme contre les échos d'obscurité
En se mouvant sur le son païen


Dans une modeste masure perdue dans la campagne moldue, une famille de sorciers s'était réunie autour d'un bon feu, dont quelques étincelles avaient donné vie à un cercle de citrouilles soigneusement évidées et sculptées pour l'occasion. Leur nombre réduit ne leur permettait pas de danses, mais la bonne humeur n'était pas en reste et les plaisanteries allaient bon train. Il y avait là une honorable grand-mère, son petit-fils timide et maladroit, et un couple de parents proches…

Mais on sentait un vide implacable, une absence flagrante qui pesait plus lourd encore qu'à l'ordinaire…
Au bout d'un moment, quand les conversations se tarirent et que ce poids tomba encore un peu plus sur les épaules, l'aïeule n'y tint plus et se mit à parler, parfois interrompue par des questions du jeune garçon, ou bien Algie et Enid qui ajoutaient quelque chose.

Le petit Neville qui n'avait que cinq ans écoutait de toutes ses oreilles, et buvait ces paroles qui faisaient revivre ses parents, eux qui n'étaient pas morts mais avaient perdu la raison, ses parents qui lui manquaient tant, ses parents qui ne vivraient plus jamais une veillée d'Halloween comme avant…

Quelque part du fond d'un souvenir caché
Des images flottent devant mes yeux,
De nuits à l'odeur de paille et de feux de joie
Et de danses jusqu'à l'aube

Je peux apercevoir les lumières au loin
Tremblantes dans leur sombre cape de nuit;
Les bougies, les lanternes dansent, dansent
Une valse pendant la Nuit des Esprits…


Les sorciers du petit village de Loutry Sainte Chaspoule n'étaient pas en reste, et les feux de plusieurs familles ornaient les collines des traditionnels feux de joie. L'un de ces foyers avait même poussé jusqu'aux extrêmes les plus extravagants des rites anciens… C'était que le père Lovegood était sacrément féru de ce genre de fêtes! Sa femme avait laissé ses expériences derrière elle pour quelques heures, et la petite Luna était aux anges…

Les lignes de tiges de maïs courbées dans l'ombre
Restent hautes alors que les flammes bondissent;
Le chevalier vert tient la boule de houx
Pour montrer où le vieil an passe


Poudlard était aussi de la fête, et cette année, rien n'avait été laissé de côté.
Après avoir fait bombance dans la Grande Salle où un somptueux festin avait été servi, l'école toute entière sortit dans le parc. Les lampions et les citrouilles s'illuminèrent d'un seul coup, révélant la pelouse parsemée de paillettes argentées en un bel écho de la pleine lune qui jouait à cache-cache avec les nuages au-dessus d'eux.
Des feux de joie s'embrasèrent aussitôt après, répondant à l'appel des lumières qui jalonnaient les collines environnantes.
Alors, l'orchestre se mit à jouer et le Bal commença…

Dès la première gigue, cette piste de danse ouverte à l'air libre fut traversée par une tornade vive et bigarrée: c'était l'aîné Weasley et sa cavalière, l'étonnante Tonks, qui s'amusait à changer d'apparence à chaque refrain…

Je peux apercevoir les lumières au loin
Tremblantes dans leur sombre cape de nuit;
Les bougies, les lanternes dansent, dansent
Une valse pendant la Nuit des Esprits…


Pendant ce temps, Charlie Weasley batifolait au-dessus des feux de joie. C'était la première fois qu'il pouvait le faire, parce qu'il avait passé toutes ses vacances de première année en famille; et sa mère ne le laissait jamais s'approcher trop près du feu…

En ce moment même, elle surveillait justement le feu de joie allumé dans le jardin du Terrier, entourée de son mari et de ses plus jeunes enfants.
Le sage Percy était occupé à trier et compter leur récolte de bonbons. Fred et George, les jumeaux, caracolaient autour du feu en entraînant à leur suite Ron et Ginny, qui n'avaient que cinq et quatre ans. Ron se méfiait de Fred, qui s'était moqué de lui plus tôt dans la soirée en faisant griller une araignée dodue juste sous son nez.

Tout ce petit monde s'amusait beaucoup, et leurs parents savouraient ce répit qui leur était accordé. Quand on avait une progéniture aussi fournie et débordante de vitalité que la leur, on apprenait à reconnaître ces rares instants de tranquillité et en profiter.
Et si Halloween était une soirée de joie, de danses et de feux, elle avait pris un tout autre ton pour Arthur et Molly, une teinte de mélancolie et de sombres souvenirs…

Là, main dans la main, ils repensaient à ceux qu'ils avaient perdu, aux terribles épreuves qu'ils avaient traversées, ensemble, pendant cette période de sinistre mémoire… Et c'était comme si la famille et les amis partis étaient de retour, juste pour une nuit…

Debout sur le pont au-dessus
Du fleuve qui part vers la mer;
Le vent est empli de mille voix,
Elles traversent le pont et moi


Car c'était la veillée d'Halloween, la nuit où les âmes des morts rendaient visite aux vivants, la Nuit des Esprits.

Et, quelque part au creux des collines, prudemment à l'écart de leurs guirlandes de feux de joie, un loup d'une espèce bien particulière hurlait sa peine à la lune, la mémoire pleine du temps passé et révolu où l'amitié l'aidait à oublier sa pénible condition.

Je peux apercevoir les lumières au loin
Tremblantes dans leur sombre cape de nuit;
Les bougies, les lanternes dansent, dansent
Une valse pendant la Nuit des Esprits…


------------------------------------------------------------------------------

Pour info, c'était le chapitre préféré de ma relectrice, et j'avoue que je la rejoins sur ce point... Même si je ne suis pas vraiment fière de ma traduction des paroles No
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Syrinx le Mer 13 Mai - 23:11

tiens ? étrange comme on rejoint la discussion sur halloween et le saiman dans le topic sur "Le Prince de sang mêlé" ..
j'aime beaucoup la chanson, je lui trouve un petit coté celte qui colle parfaitement à la journée de la toussaints
Et puis bel éventail des familles autour d'un même jour.... j'aime bien ce principe...
Pour info, c'était le chapitre préféré de ma relectrice, et j'avoue que je la rejoins sur ce point...
oui...la chanson lui donne une touche magique des plus charmantes applaudis

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2712
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Nausicaa le Jeu 14 Mai - 10:29

Oh oui, elle est vraiment très belle, cette danse-là ! applaudis

C'est à la fois chaleureux et horriblement tristoune. (Allons-y gaiment pour la symbolique à deux noises mais bon, m'enfin voila ) : comme l'été et l'automne, la vie et la mort...

La chanson va évidemment à merveille sur ton texte.

Coincée dans l'angle entre le canapé et la porte-fenêtre, Pétunia raccommodait grossièrement une vieux bermuda de Dudley usé jusqu'à la corde, qui rejoindrait bientôt les autres pantalons informes et démesurés de Harry.
Razz Elle est trop sympa, Pétunia, elle prend quand même la peine de les lui recoudre !!! LOL

Tout ce petit monde s'amusait beaucoup, et leurs parents savouraient ce répit qui leur était accordé. Quand on avait une progéniture aussi fournie et débordante de vitalité que la leur, on apprenait à reconnaître ces rares instants de tranquillité et en profiter.
Tu m'étonnes ! Laughing

J'aime beaucoup les toutes dernières paroles, celles sur Lupin. Même si elles déchirent tout autant le cœur que celles sur les Londubats. D'ailleurs, pour continuer avec les scènes tragiques, tu n'as pas pensé à d'autres personnages, aussi ? Oui, bon, m'enfin voila Rogue mais aussi Sirius, ou même Dumbledore... (Après lecture, on peut aussi continuer à écouter la chanson et les imaginer... Crying or Very sad )

Merci... *snif* Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Jeu 14 Mai - 11:22

Merci merci!

tiens ? étrange comme on rejoint la discussion sur halloween et le saiman dans le topic sur "Le Prince de sang mêlé" ..
j'aime beaucoup la chanson, je lui trouve un petit coté celte qui colle parfaitement à la journée de la toussaints
Huhu, oui, c'est ce que je me suis dit aussi en préparant le chapitre hier soir (après un réveil en sursaut "bigre mais ça fait combien de temps que je dois poster le chapitre suivant sur le forum fondu?")
Ca rejoint même la préparation du Move Swap, tant qu'on y est...
Et c'est de mes chansons préférées de Loreena McKennitt, l'une des premières que j'ai connues.

Elle est trop sympa, Pétunia, elle prend quand même la peine de les lui recoudre !!! LOL
Héhé!! J'ai rien inventé, c'était directement tiré des tomes, ça. (mais alors va retrouver où...)
Je vois au passage que j'avais oublié une faute, une bermuda... Faut que je pense à repasser derrière!

J'aime beaucoup les toutes dernières paroles, celles sur Lupin. Même si elles déchirent tout autant le cœur que celles sur les Londubats. D'ailleurs, pour continuer avec les scènes tragiques, tu n'as pas pensé à d'autres personnages, aussi ? Oui, bon, Rogue mais aussi Sirius, ou même Dumbledore... (Après lecture, on peut aussi continuer à écouter la chanson et les imaginer... )
Vi, en fait, ça peut s'appliquer à tous les personnages, par un aspect ou un autre. Mais j'avais déjà assez tourné comme ça autour de Sirius et Dumbledore, et ce que j'aime dans Halloween et qui ressort très bien dans cette chanson, c'est le paradoxe entre la fête et le côté plus triste avec les morts, les esprits de ceux qui sont partis et qui manquent... Mais aussi les feux de joie allumés partout pendant la fameuse nuit où la guerre a été finie suite àa la première disparition de Voldemort, au début du tome 1, quand les sorciers se lâchent tellement que le code du secret est un peu oublié...
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mar 19 Mai - 21:06

Et on termine sur une note bien plus sombre, pour clore cette boucle de la (première) chute de Voldemort...



Les Neuf Danses du Bal de la Chute
1981: Chute de Voldemort. Quelques scènes contemplatives qui gravitent autour de cette période. Une fic d'ambiance et expérimentale sur le concept des songfics.



* aussi publié sur Fanfiction.net: par ici

Avertissement: tout public
Disclaimer: L'univers et les personnages appartiennent à JK Rowling, je ne gagne pas d'argent avec mon texte.
Pas de spoiler particulier
Relectrice: Wanderin




9. Clôture: Chaotic Choregraphy

Cette Chorégraphie Chaotique est accompagnée des paroles traduites et très librement adaptées de la chanson "L'odeur animale" du groupe Hooverphonic (je précise que dans la chanson originale seul le titre est en français)
* à écouter et à lire *


"Queudver a d'étranges affinités avec les rats, n'est-ce pas, Queudver? Ses répugnants amis lui ont révélé l'existence, au fond d'une forêt d'Albanie, d'un endroit qu'ils évitaient soigneusement car, souvent, de petits animaux comme eux y mouraient prématurément après qu'une ombre noire eut pris possession de leur corps…"

"Je me souviens seulement d'avoir lutté, sans repos, sans relâche, instant après instant, pour exister… Je me suis installé dans une forêt lointaine et j'ai attendu… Sans aucun doute, l'un de mes fidèles Mangemorts allait essayer de me retrouver… L'un d'eux viendrait et accomplirait le travail magique que j'étais incapable de faire moi-même pour me rendre un corps… Mais j'ai attendu en vain."


Tome 4, chapitre 33 (Les Mangemorts)

"Après avoir retrouvé mes forces, je ne pensais plus qu'à rejoindre mon maître… à retourner auprès de lui pour me mettre à son service.
- Comment a fait votre père pour vois faire obéir? Demanda Dumbledore.
- Il m'a soumis au sortilège de l'Impérium, répondit Croupton. J'étais sans cesse sous son contrôle. Je devais porter nuit et jour une cape d'invisibilité et l'elfe de maison ne me quittait pas."


Tome 4, chapitre 35 (Veritaserum)




La forêt est en Albanie, mais les seules créatures qui y vivent ne portent pas d'intérêt à ces choses-là. La vie animale a d'autres préoccupations: trouver un abri, de quoi subsister, suivre son instinct de survie… Être le prédateur ou la proie, telle est la question.

Malgré tout, ils ont conscience de cette ombre noire qui planent tout autour d'eux et qu'ils ne comprennent pas; ce phénomène qui se répète régulièrement: un petit être est pris de panique, puis sa flamme de vie décline, comme obscurcie par un ténébreux fléau…

Ressentir le besoin de s'interroger
Tout au fond
Répondre à ses besoins premiers
Au plus profond


Cette ombre sinistre qui s'introduit dans les corps impuissants et les fait mourir de peur et d'épuisement, mais qui s'acharne à recommencer, encore et toujours… Une âme damnée qui souffre encore de sa défaite, du coup le plus dur qu'elle ait jamais encaissé… De la chute de son empire, de l'abandon de ses fidèles…

On erre au bord du lac de larmes
Et on sent l'odeur de notre peur
Tout au fond
Au plus profond


* * *
*


La maison est en Angleterre, mais l'homme n'en a que faire. Son seul désir est d'en partir, d'aller chercher par tous les chemins son Maître blessé qui doit attendre son heure, caché quelque part… Pendant que lui est retenu prisonnier, alors qu'il n'aspire qu'à voler à son secours… Pendant que les autres sont retenus à Azkaban, ou pire, qu'ils ont retourné leur veste sans vergogne…
Ces misérables ont bafoué le sang pur qui coule dans leurs veines, quel ignoble gâchis…

Il aimerait tant réussir à se libérer de cette emprise qui l'avilie… Ne plus dépendre de ce sortilège qui entrave tous ses gestes… S'affranchir de tout ce qui en lui obéit aux méprisables ordres, aux impératifs humiliants…

Prendre la fuite et redevenir un Mangemort fier et digne, retrouver Nagini, l'emblématique reptile qui effrayait tant les fidèles les plus faibles, et aujourd'hui les plus faux…

Toutes ces choses rampantes qui donnent la chair de poule
Au plus profond


Quitter cette maison où tout lui rappelle sa pauvre mère, planter là son pire ennemi qui se trouve être son père, se débarrasser de cette vieille elfe de maison qui joue encore la nourrice à son âge…
Tellement besoin d'être plus fort…

Ressentir la rage de vivre
Tout au fond


* * *
*


Au-dessus de la forêt, le ciel s'assombrit. Dans les frondaisons profondes, les ténèbres s'intensifient. Un long grondement sourd brise le silence trop lourd, attisant une angoisse ancestrale tandis que les nuées ne sont plus que cendre et suie. L'orage menace depuis trop longtemps sans éclater, et retient son souffle avec une terreur irraisonnée, en total état d'alerte…

Notre monde est couvert de nuages
Au plus profond


Dans les feuilles mortes agitées d'un frisson nerveux, un spectre inquiétant erre et rôde, ombre parmi les ombres. Il se morfond dans son amertume, et la peur qui l'entoure l'a gagné lui aussi. Il est seul, inexorablement seul. Personne ne viendra donc le chercher? Qu'attendent ses fidèles serviteurs pour le retrouver? Il ne peut pas s'exposer plus, le danger est encore trop proche… Ou plutôt, il est encore bien trop faible pour y faire face sans soutien…

Et si l'occasion qu'il attend ne se présentait jamais? Il ne peut pas être abandonné à ce point… Comment sortir de cette impasse, en ce cas?
Toute cette histoire est si lugubrement désespérante… Tout ce chemin, tous ces efforts, tous ces combats pour atteindre l'immortalité, pour vaincre la mort et la dépasser… Tout ça pour se retrouver forcé à cette fuite misérable… Les poings liés par la lâcheté inopinée de ses vassaux… Tout ça pour être réduit à seulement survivre, impuissant et condamné…

On erre au bord de notre océan de larmes
On tente de cacher notre peur glacée
Tout au fond
Au plus profond
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Nausicaa le Mer 20 Mai - 8:52

Oh, ça c'est fort ! La chanson s'arrête pile poil au moment où la lecture prend fin aussi ! applaudis

J'aime beaucoup cette danse-là, même si les deux danseurs ne m'ont jamais rien inspiré de bien... L'ambiance est très "creepy", très serpentarde (j'ai rien trouvé de mieux, là tout de suite pour évoquer l'impression de serpent qui se glisse dans l'ombre...).

D'ailleurs en parlant de serpent, je viens de me poser une question, en lisant ça :
Prendre la fuite et redevenir un Mangemort fier et digne, retrouver Nagini, l'emblématique reptile qui effrayait tant les fidèles les plus faibles, et aujourd'hui les plus faux…
Je me demande si Nagini "existait" déjà avant la première chute de Voldemort ?... scratch Est-ce que c'est dit quelque part ? Par ce que dans ce cas, il serait passé où, pendant tout ce temps ? Non, voilà, comme ça. Content

Très joli texte, vraiment. applaudis pour les tournures "La forêt est en Albanie, mais (...)" et "La maison est en Angleterre, mais (...)". J'ai trouvé ça très original ! Very Happy

Euh, et sinon,
Et on termine sur une note bien plus sombre, pour clore cette boucle de la (première) chute de Voldemort...
Première ? Ça veut dire que les danses continuent ?! bounce (Ou juste que c'était effectivement la première chute de Voldemort... Neutral )


Allez-à-bientôt et merci ! Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Leïa Tortoise le Mer 20 Mai - 9:54

Oh, ça c'est fort ! La chanson s'arrête pile poil au moment où la lecture prend fin aussi !
Pourtant pas fait exprès, tellement ça dépend du rythme de lecture de chacun!

même si les deux danseurs ne m'ont jamais rien inspiré de bien...
de bien, moi non plus, mais inspiré, ça oui! un peu comme Bellatrix, quoi.

Je me demande si Nagini "existait" déjà avant la première chute de Voldemort ?... Est-ce que c'est dit quelque part ? Par ce que dans ce cas, il serait passé où, pendant tout ce temps ? Non, voilà, comme ça.
Alors là, aucune idée! J'ai beau y réfléchir, je ne sais plus si je m'étais appuyée sur quelque chose pour ça ou que ça me paraissait évident en tant que lectrice de la série.
Je ne me souviens pas de passages qui indiqueraient l'un ou l'autre dans la série...
Bonne question, donc!

Merci pour les tournures, joli texte et tout, en relisant pour poster ici c'est ce que j'ai trouvé aussi, on sent que c'est plus épuré et moins touffu que les autres!

Première ? Ça veut dire que les danses continuent ?! (Ou juste que c'était effectivement la première chute de Voldemort... )
Euh non non là je voulais dire la première chute, puisqu'on sait qu'il reviendra même si à l'époque tout le monde croyait qu'il avait vraiment disparu. D'où ma nuance.
Mais cette fic-là est bien bouclée.

En revanche, j'ai bien l'intention de continuer mon concept pour faire d'autres fics sur d'autres sujets: une à 8 chapitres plutôt que 9, une à 7, une à 6, etc... J'ai déjà mes idées de sujets, et j'avais bien entamé la 8 chapitres mais finalement ça n'allait pas comme je voulais alors je l'avais un peu laissée en plan et ça fait très longtemps que je n'y ai pas retouché sérieusement.
Je pense qu'à l'hiver prochain je replongerai encore dans l'ambiance et ça me motivera peut-être pour la reprendre...
Parce que le challenge que je me suis fixée est autrement plus tordu: reprendre comme fond le film "8 femmes" de François Ozon, et l'appliquer à la famille Black!
M'enfin c'est vraiment au fond du tiroir, pour l'instant.

Merci d'avoir lu celle-ci, en tous cas!
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Neuf Danses du Bal de la Chute

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum