Sites sociaux

Twitter à rajouter
Post-it
Bilan du Site Fondus :

Mise en commun des documents
Design du site en attente
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Des Animaux de Toile
Lun 8 Mai - 11:05 par Apsara

» Galerie de Luna Pensive
Mer 12 Avr - 13:18 par chiara

» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
Jeu 1 Sep - 10:17 par Apsara

» Les références non celtiques dans Harry Potter
Mer 8 Juin - 14:00 par Apsara

» Galerie d'Apsara
Mer 23 Déc - 8:38 par Apsara

» Galerie d'Yxanne
Lun 22 Déc - 8:10 par Circée

» Bienvenue chez les Fondus !
Mar 22 Juil - 8:29 par Apsara

» De l'Amour ou le cas Voldemort
Sam 22 Juin - 20:41 par chiara

» Au temps pour tous. Reconstructions-
Mar 14 Mai - 14:23 par Luna Pensive

» Derrière les Détraqueurs - Potterfiction en cours
Sam 2 Mar - 14:36 par Apsara

Sondage

Doit-on garder un seul topic ou demander un topic par membre pour les présentations

60% 60% [ 6 ]
40% 40% [ 4 ]

Total des votes : 10


deux moins un

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

deux moins un

Message par chiara le Lun 9 Nov - 21:39

c'est un vieux texte que j'avais publié sur la Pensine, la plupart d'entre vous le connaissent donc ; il a été écrit pour l'essentiel une fin d'après-midi, dans la salle des profs d'un lycée de Palerme, où j'attendais la collègue qui m'hébergeait. Le soir tombait, on voyait par la fenêtre les immeubles de la ville qui la font ressembler à Mexico.

Disclaimer : les personnages nommés ou que vous reconnaîtrez ne m'appartiennent pas, aucun bénéfice matériel n'a été retiré de ce texte. Immatériel, c'est autre chose...

Il est lisible par tout public à mon avis

* * *

Tu es mort hier. Déjà un jour sans toi. Comme le temps passe vite.

C'est drôle maintenant plus personne ne se trompe sur mon nom.

Je sais que je devrais être écrasé de chagrin. Sans doute le suis-je. Je ne sais pas. Je n'arrive pas à m'en rendre compte. J'ai l'impression de ne plus avoir de cœur.

Je ne m'étais pas rendu compte que le temps avait cessé de s'écouler. Il s'est remis en route aujourd'hui, juste quand je revenais de la cérémonie (appelons les choses par leur nom : ton enterrement). J'ai eu subitement l'étrange impression que le monde était redevenu normal, et qu'inexorablement j'allais m'éloigner de ta mort. Mais pour l'instant je suis encore dans son ombre immense.

J'ai reçu quelques lettres de condoléances ; pas beaucoup. Les gens n'osent pas. Ils ont raison.

Maman elle n'a perdu qu'un enfant sur sept ; il lui reste les six autres. Moi je n'avais qu'un seul jumeau.

Où est la blessure qui me mutile ? Je sens la douleur partout. J'ai mal à la gorge, aux poignets où mon sang me brûle, à la poitrine, comme si j'avais reçu en plein thorax une pierre de cent kilos.

La sensation de ta présence est toujours là, en même temps que la conscience de ton absence. Le choc des deux dans ma tête me rend fou.

Jusqu'à quel point suis-je mort moi aussi ?

Je découvre une chose que tous les autres connaissent depuis toujours, et dont je ne soupçonnais pas les méandres : la solitude.

Ce matin maman m'a demandé si je voulais garder tes vêtements pour moi. C'était une question stupide. Nous n'avions pas de vêtements réservés à l'un ou à l'autre. A part bien sûr ces horribles pulls qu'elle nous tricotait à chaque Noël. Je ne vois pas pourquoi, ayant exactement les mêmes goûts et la même taille, nous aurions eu deux garde-robes distinctes. Et de toute façon ces vêtements avaient pour la plupart appartenu déjà à Bill, Charlie ou Percy (ou les trois, dans l'ordre).
J'avais donc déjà porté tous ces vêtements, tous nos vêtements. Et pourtant quand j'ai ouvert l'armoire de notre chambre – de ma chambre, une bouffée d'odeurs m'a saisi, qui m'a presque fait tomber à la renverse. Un mélange de poussière, de lessive et de ton odeur, ou de mon odeur- je ne sais plus. Tout le passé m'est revenu en flash. J'ai eu l'impression qu'on m'arrachait de ma peau pour m'y remettre ensuite. Un corps deux fois trop grand pour moi tout seul.

Si je te fais vivre à travers moi, quelle place reste-t-il pour moi ? Est-ce moi alors qui dois disparaître pour te laisser la place ?

Maintenant je suis le seul gardien de nos souvenirs. Je ne pourrai plus compter sur ta mémoire. Je porte double charge du passé ; nos souvenirs n'ont plus que moi pour exister.

Je voudrais vider de moi ce désir de vivre qui m'épuise, qui ne lâche pas prise, qui revient à la charge comme un enfant têtu. Je devrais le chérir. Je n'ai qu'envie de le tuer, mais pour cela il faudrait que je me tue. Et les miens ont assez souffert.

Je croyais que tu serais toujours là. Je croyais que tu ne m'abandonnerais jamais.Qui donc va terminer mes phrases avant même que j'ai eu le temps de les penser ?
A qui donc n'aurais-je pas même besoin de me confier ?

Avec toi j'ai enterré mon enfance, ma jeunesse. Elles ont été coupées de moi comme par le tranchant d'une épée. Je suis séparé de ma jeunesse par ta mort aussi sûrement que par une muraille.

Tous les matins je dois me rappeler que tu es mort. Tous les matins je dois reprendre conscience dans un monde où tu ne seras jamais plus.
Tous les matins je me force à pleurer pour ensuite être capable d'affronter la journée qui commence et qui sera interminable, comme la précédente, sans que pourtant j'aie envie qu'elle finisse. Pour quoi faire ? Pour vivre une nuit de cauchemar ? Pour vivre le calvaire de la journée d'après ?

Tu ne peux pas savoir à quel point je te hais. A quel point je t'en veux. Si tu revenais je te tuerais de mes propres mains pour avoir osé mourir.

Aujourd'hui c'était mon anniversaire. Notre anniversaire. Maman avait insisté pour que nous le fêtions. Elle a su faire bonne figure, et j'étais content de revoir la famille. J'ai eu un instant de joie folle et amère à la pensée que je n'aurais plus à partager mes cadeaux avec personne.

Tout le monde me répète qu'il faut faire son deuil. Comme si c'était une chose à fabriquer, une chose qu'on pourrait tenir entre ses mains. Je dois traverser mon deuil, traverser ta mort, la laisser me traverser – et espérer en sortir vivant.

Serais-je différent si tu étais encore là ? Oui, sans doute. Serais-je pire, ou meilleur ? Si j'essaye de sortir de tout ça meilleur, plus vivant, plus profond, est-ce que cela voudra dire que c'est une bonne chose que tu sois mort ?

Cette nuit je n'ai pas rêvé de toi. Comment ai-je pu te faire ça ?

Cela a fait un an hier que tu es mort.
Je commence aujourd'hui une année où les jours ne seront plus vierges. Je ne vivrai plus chacune de ces dates sans toi pour la première fois. Cela change quelque chose. Je sais que j'ai survécu déjà à un été sans toi, à un automne, à un hiver sans toi. Qu'ils reviennent, je ne les crains plus même si je sais qu'ils me feront souffrir encore.
avatar
chiara
thé noir
thé noir

Messages : 2127
Date d'inscription : 23/09/2008
Age : 46
Localisation : lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Apsara le Lun 9 Nov - 22:07

Je n'avais pas oublié ce triste et beau texte, Chiara . J'espère que ce n'est pas un coup de "blues" qui t'a donné envie de le republier ... Huh

_________________

"In tasso veritas"

               
" Ce serait encore plus beau si je pouvais le montrer à quelqu'un" (Samivel)

Y'a des jours "avec" et y'a des jours "sans". Les jours "sans", faut faire avec...
avatar
Apsara
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 6508
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 67
Localisation : Entre mes deux oreilles...

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Yxanne le Lun 9 Nov - 22:07

C'est triste... C'est un joli texte que je n'avais pas vu sur la Pensine.

Je ressent bien à travers tes mots la sensation de solitude et de vide. C'est très bien retranscrit.
avatar
Yxanne
thé noir
thé noir

Messages : 2020
Date d'inscription : 28/02/2009
Age : 28
Localisation : Demain

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Suzywa le Lun 9 Nov - 22:21

Bisou Très net souvenir persistant dans ma mémoire sentimentale, chiara !
Texte bien dans ce temps des Morts qu'est ce début novembre.
Bisou
avatar
Suzywa
thé noir
thé noir

Messages : 1000
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 57
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Nausicaa le Lun 9 Nov - 22:22

Comme la dernière fois : Crying or Very sad (Décidément...)
Merci de nous avoir remis ce beau texte ici, Chiara. Bisou

_________________
"I don't drink coffee I take tea my dear."

avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5786
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 40
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Anilori le Lun 9 Nov - 22:34

Vraiment poignant... bravo !
avatar
Anilori
thé vert
thé vert

Messages : 213
Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 32

http://www.mi-chemin.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Syrinx le Mar 10 Nov - 10:16

Je n'avais pas oublié non plus ce texte. Et malgré le thème, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire à ce passage:
Tu ne peux pas savoir à quel point je te hais. A quel point je t'en veux. Si tu revenais je te tuerais de mes propres mains pour avoir osé mourir.
Je sais qu'il n'y a rien de drôle, absolument rien. Mais (pour parodier je-ne-sais-plus-qui), "comme les larmes ne sont jamais trop loin du rire", je trouve que c'est encore plus poignant, plus touchant, cela fait encore plus vrai cette hypothétique tuerie, tout à fait dans le genre des jumeaux...

Merci de l'avoir publié ici. Bisou

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2696
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Leïa Tortoise le Mar 1 Déc - 10:16

Ca fait un moment que j'avais vu ce texte posté mais pas eu le temps d'aller le voir de plus près, le titre ne m'évoquait rien et je croyais que c'était un texte original... (d'ailleurs lire le début dans cet état d'esprit m'a fait bizarre, j'ai presque cru à un moment que c'était autobiographique) Et puis petit à petit je l'ai reconnu, et du coup je l'ai tout relu. J'avais boulié à quel point c'était beau et triste, touchant...
Merci de l'avoir remis ici, Chiara!
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: deux moins un

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum