Sites sociaux

Twitter à rajouter
Post-it
Bilan du Site Fondus :

Mise en commun des documents
Design du site en attente
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» Travail de Chiara
Jeu 19 Oct - 11:12 par chiara

» Des Animaux de Toile
Lun 8 Mai - 11:05 par Apsara

» Galerie de Luna Pensive
Mer 12 Avr - 13:18 par chiara

» L'Ambre et le Jais [fic en cours]
Jeu 1 Sep - 10:17 par Apsara

» Les références non celtiques dans Harry Potter
Mer 8 Juin - 14:00 par Apsara

» Galerie d'Apsara
Mer 23 Déc - 8:38 par Apsara

» Galerie d'Yxanne
Lun 22 Déc - 8:10 par Circée

» Bienvenue chez les Fondus !
Mar 22 Juil - 8:29 par Apsara

» De l'Amour ou le cas Voldemort
Sam 22 Juin - 20:41 par chiara

» Au temps pour tous. Reconstructions-
Mar 14 Mai - 14:23 par Luna Pensive

Sondage

Doit-on garder un seul topic ou demander un topic par membre pour les présentations

60% 60% [ 6 ]
40% 40% [ 4 ]

Total des votes : 10


L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Dim 5 Avr - 1:00

vos reviews me font vraiment très plaisir, les filles, parce que c'est un chapitre qui m'a vraiment demandé du temps, de l'attention et des recherches pas toujours très... joyeuses (des heures et des heures de lectures sur des faits horribles).

Pour le Benelux (pas encore inventé chez les moldus), c'est un petit artifice pour éviter la répétition du nom de certains pays. Mais oui, je prends le parti de dire que oui, c'est un état sorcier, car je ne crois pas que les frontières magiques se superposent systématiquement aux moldues. Et ça fait une nouvelle interaction entre les mondes moldu et sorcier, pour ne rien gacher.

Et depuis le film Indiana Jones et les aventuriers de l'arche perdue, j'ai toujours vu Hitler comme un peu mystique (ouais, je sais, faut pas confondre réalité et fiction, mais les impressions de jeunesse restent toujours un peu)

Et bienvenue dans le monde de Silhol, Leïa (on croirait une secte à force, nan ?)
Bisou

Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Apsara le Dim 5 Avr - 14:32

Syrinx a écrit: Pour le Benelux (pas encore inventé chez les moldus), c'est un petit artifice pour éviter la répétition du nom de certains pays. Mais oui, je prends le parti de dire que oui, c'est un état sorcier,
Ce n'est pas un parti-pris : nous le savons tous depuis les écrits de Suzy ! Laughing

_________________

"In tasso veritas"

               
" Ce serait encore plus beau si je pouvais le montrer à quelqu'un" (Samivel)

Y'a des jours "avec" et y'a des jours "sans". Les jours "sans", faut faire avec...
avatar
Apsara
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 6553
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 68
Localisation : Entre mes deux oreilles...

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Lun 6 Avr - 0:13

oui, d'ailleurs c'est Suzy qui a trouvé "l'artifice" (je voulais le rajouter, avant de poster, mais avec ma cervelle de moineau..., bref merci Suzy !), lors du week end en Belgique, et d'une review en temps réelle . Smile

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Nausicaa le Lun 6 Avr - 19:04

Syrinx a écrit:Et bienvenue dans le monde de Silhol, Leïa (on croirait une secte à force, nan ?) Bisou
Content D'ailleurs, en parlant de secte, c'est drôle, à une soirée, ce week-end, on s'est dit un truc un peu pareil avec Bill. Je discutais avec quelqu'un et au fond de moi, j'étais persuadée que ce quelqu'un devait avoir lu et aimé HP, (même du genre à capillotracter dessus et tout). Mais bon, je me voyais mal mettre ça comme ça sur le tapis. Après coup, dans la voiture, Bill et moi on se disait qu'il devrait y avoir un signe de reconnaissance entre fans d'HP ! Razz (Comme chez les francs-maçons, quoi)...

Embarassed Désolée pour le HS...
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Leïa Tortoise le Jeu 9 Avr - 15:09

J'aime pas trop le mot secte posé là-dessus, mais c'est sûr que c'est génial d'avoir cette connivence, cet univers en commun.

(d'ailleurs un copain auteur de fanfics dont une HP et connaissant donc HP mais n'étant pas ultra fan creuseur comme nous, me disait au début que nous autres lui faisions penser à une secte... si jamais vous vous en souvenez, j'avais quand même réussi à le faire s'inscrire sur la Pensine, c'était Galoo...)

Bravo pour ton travail de documentation, en tous cas, Syrinx!
Personnellement, j'ai eu une période (un peu parallèle au lycée) où je me suis beaucoup intéressée aux deux guerres mondiales et plus particulièrement les camps, et j'ai fini par en faire une overdose...
Maintenant, tout ce qui touche à la guerre en général me fait reculer.
Même si j'y reste sensible, aussi parce que ça me touche assez directement par ma région et un peu ma famille, comme tout le monde j'imagine en France!
C'est un patrimoine très important à transmettre et garder en mémoire, et en retenir les leçons...
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Jeu 9 Avr - 18:22

Personnellement, j'ai eu une période (un peu parallèle au lycée) où je me suis beaucoup intéressée aux deux guerres mondiales et plus particulièrement les camps
Moi aussi, enfin surtout la seconde. En fait, je n'avais jamais fait de véritables recherches dessus avant la fic, mais je me souviens que le sujet retenait toute mon attention en cours d'histoire ou d'allemand. Quelque part j'étais avide de connaitre le sujet et pourtant je n'osais y plonger moi-même.
Il aura fallu que je commence la fic pour m'y résoudre (comme quoi, tout mène à tout).
Je lis essentiellement les articles de Wikipedia, cherchant, aussi bien pour la fic que pour moi, des détails, des histoires dans l'Histoire... L'intérêt pour la fic est évidemment de gagner en réalisme, en m'appuyant sur des faits historiques (plus ou moins connus) ou du moins d'éviter les erreurs historiques. Quant à moi, je crois que j'essaie de comprendre pourquoi ou comment les Hommes ont pu faire de si horribles choses en toute conscience (ouais, je sais, je m'attaque à gros : rien de moins que la Nature de l'Homme)

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Suzywa le Jeu 9 Avr - 21:53

Coucou, Syrinx !
Un petit saut par ici avec ce souvenir devant l'ordi dans le petit bureau à relire et relire les chapitres déjà écrits en décembre... Toutes les questions et les remarques qui me passaient par la tête... De bons moments dont tu te souviens aussi lol!
héhé Je suis beaucoup plus loin que vous et je peux vous dire que les surprises continuent par la suite... Bonne lecture Bisou
avatar
Suzywa
thé noir
thé noir

Messages : 1000
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 57
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Jeu 9 Avr - 21:59

De bons moments dont tu te souviens aussi
Et comment ! les reviews en direct, y a rien de mieux !

Je suis beaucoup plus loin que vous et je peux vous dire que les surprises continuent par la suite...
ou comment narguer les autres...
j'ai bien reçu ton mail, je regarde ça de suite.
Bonnes vacances Suzy ! Bisou

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Leïa Tortoise le Ven 10 Avr - 10:26

Quant à moi, je crois que j'essaie de comprendre pourquoi ou comment les Hommes ont pu faire de si horribles choses en toute conscience (ouais, je sais, je m'attaque à gros : rien de moins que la Nature de l'Homme)
C'était aussi ce qui me motivait pendant ma "période" où je complétais les cours d'histoire en creusant les pistes données (documentaires, livres de témoignages...)
Ca parait tellement énorme et incroyable que la vie ait basculé dans ces atrocités, ça a touché tellement de monde de près ou de loin, c'est encore tellement vivace dans la mémoire commune (surtout à la campagne j'ai l'impression), ça reste encore présent en toile de fond, parce que la vie pendant la guerre paraît tellement une vie différente, un monde différent, que ça fait beaucoup de choses à appréhender et que je ressentais le besoin d'en savoir plus, même si c'était horrible, mais d'avoir la connaissance de tout ce qui s'était réellement passé, et comment ça avait pu se produire. Et ça fait froid dans le dos... C'est pour ça qu'à force de me gorger de toutes ces horreurs, tout ce climat de haine, de mort, d'humiliation, de déconstruction, déshumanisation, la résistance et les gâchis, les vieilles rancunes qui en restent, il y a eu un moment où ça faisait trop.
Je pense que c'est normal, d'ailleurs!

(surtout qu'un peu avant j'avais déjà plongé dans la guerre des poilus, avec la trève de Noël d'autant plus poignante par le sort des soldats qui avaient fraternisé, et ceux qui revenaient défigurés ou démoralisés, amers... la répercussions que ça a eu dans les familles, les villages...)

Bref! c'est le genre de sujt dont on peut parler pendant des heures ^^
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Apsara le Ven 10 Avr - 21:23

Recemment, tout ça m'a re-sauté à la figure .
Un de mes voisins, agé de 82 ans, m'avait déjà dit qu'il avait fait de la résistance ; il y a peu de temps, il m'a révélé que les membres du groupe "Manoukian" ( ceux de l' "Affiche Rouge" ) se réunissaient dans l'arrière-boutique de son beau-père, cordonnier à Issy-les-Moulineaux ( proche banlieue de Paris ) où j'avais de la famille qui devait être cliente dudit beaupère...J'ai moi-même habité, bien des années après,le même quartier .
Manoukian a été arrèté à Evry, tout près d'où je vis à présent ..
Je ne comprends pas très bien pourquoi, moi qui n'ai jamais été fan d'histoire, mais toutes ces coïncidences m'ont remuée plus que je n'aurais cru...

_________________

"In tasso veritas"

               
" Ce serait encore plus beau si je pouvais le montrer à quelqu'un" (Samivel)

Y'a des jours "avec" et y'a des jours "sans". Les jours "sans", faut faire avec...
avatar
Apsara
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 6553
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 68
Localisation : Entre mes deux oreilles...

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre 5 : Chambre des Secrets

Message par Syrinx le Mer 15 Avr - 17:40

Comme je pensais, je sers le cinquième chapitre avec un peu de retard. Enfin le voici, quand même...
Attention, le titre va en faire trépigner plus d'une (enfin j'espère) :

Chapitre 5 : Chambre des Secrets


Ma cinquième année se révéla à son tour pire que la précédente.
Les bombardements avaient cessé sur l'Angleterre, quelques mois plus tôt. L'Allemagne concentrait ses forces à l'est, elle se retournait contre l'URSS, initialement son allié, et l'envahissait. Pour nous, sorciers, il était évident que Grindelwald était derrière ce revirement, et les rares lettres de Patrick allaient dans ce sens. Avec quelques autres sorciers irlandais, il suivait le front allemand, tentant de neutraliser les sorciers disciples du mage noir. Ils exhortaient, par le biais d'officiers sous leur emprise, à se battre, et à tuer toujours plus. Mais Grindelwald n'avait pas infiltré que l'armée allemande, ses hommes étaient aussi parmi les Soviétiques et ils oeuvraient dans le même but de faire un maximum de victimes, dans les deux camps. Ils exacerbaient la bravoure des soldats, les poussaient à se battre pour leur patrie, parfois, sans même avoir d'autre arme que leurs poings, face aux panzers ennemis.
Les guerres sont déjà atroces, et meurtrières ; les hommes y perdent leur humanité, leur âme, et leur clairvoyance, animés par la peur, pressés par leur nation, aveuglés par la violence des combats. Mais, en plus, il avait fallu que des sorciers mal attentionnés s'en mêlent, décuplant la sauvagerie des batailles et le nombre de victimes.
En Grande-Bretagne, on profitait de ce répit pour se réarmer, et préparer la contre-offensive. Les civils soufflaient et leurs enfants à Poudlard aussi. L'école aurait dû retrouver sa quiétude, mais il n'en fut rien.
La mythique Chambre des Secrets avait été ouverte.
Cette salle avait prétendument été aménagée par Salazar Serpentard lui-même, avant son départ de l'école. Adepte de l'hégémonie par la pureté du sang, il n'était pas d'accord avec les trois autres fondateurs, qui acceptaient d'enseigner à tout être doté de pouvoirs. Il aurait donc créé cette salle, et enfermé une créature qui, lors de son réveil, tuerait tous les sangs impurs.
Bien entendu, l'école avait été fouillée maintes fois ; mais aucune pièce secrète ni aucune créature n'avaient été découvertes. Le livre « l'Histoire de Poudlard » avait relégué la Chambre des Secrets au statut de légende. L'inscription rouge sang au mur annonçant son ouverture faisait froid dans le dos, mais j'étais d'accord avec mes professeurs : n'importe quel plaisantin connaissant un tant soit peu l'histoire de l'école, avait pu écrire cette phrase. Cependant la menace tacite se réalisa. D'étranges agressions eurent lieu : des élèves se faisaient attaquer dans les couloirs, toujours par derrière, de sorte qu'aucun ne voyait son agresseur.
Le fait que parmi tous les élèves agressés, tous étaient enfants de moldus n'échappa à personne ; de même qu'ils appartenaient tous à Gryffondor, Poufsouffle ou Serdaigle. Réalité ou alibi, Chambre des Secrets ou pas, la maison de la guivre était responsable de tous ces accidents, et son immunité le prouvait bien.
Soignés, les élèves victimes du monstre (faute d'en savoir plus sur l'origine des attaques, le nom de monstre avaient été adopté) se faisaient discrets en sortant de l'infirmerie, ils avaient peur de pas être aussi chanceux la fois suivante.
Pour ma part, je ne croyais pas au monstre de Serpentard. Les blessures infligées aux victimes étaient trop diversifiées pour un animal, et surtout, elles semblaient toutes provenir de sortilèges, particulièrement violents. Quelqu'un s'amusait à terroriser les enfants de moldus, quelqu'un de Serpentard. Les plus jeunes élèves étaient à éliminer, ils n'étaient pas assez expérimentés pour jeter de tels sorts, et parmi les plus âgés, la plupart pouvaient être suspectés. Ils avaient tous un tel sourire triomphant en apprenant une nouvelle attaque...
En représailles, les amis des victimes multipliaient les échauffourées contre les vert et argent, eux-mêmes experts en vengeance. Entre les règlements de comptes et le réel danger de se faire attaquer, les couloirs devinrent le lieu de tous les périls. Les professeurs sévissaient pourtant et, en tant préfète, je devais les aider à rétablir l'ordre.
J'essayais vraiment d'exécuter ma tâche en toute impartialité, punissant d'un retrait de points la maison des fauteurs de trouble, mais l'air suffisant des Serpentard m'en faisait souvent ôter le double. Quant aux élèves de Serdaigle, je les envoyais chez Mme Plucks, notre directrice, car je ne pouvais me résoudre à enlever des points à ma propre maison. Je savais qu'elle donnerait de préférence une punition individuelle, et que notre sablier de saphir resterait intact.
Évidemment, les sanctions n'étaient pas toujours aussi aisées à donner. Si les préfets de Serpentard étaient dans les parages, ils les contestaient. Les prises de bec étaient courantes et je m'accrochais à plusieurs reprises avec eux. Celui qui était alors le mieux entouré était souvent le « vainqueur » (et l'alliance tacite entre Poufsouffle, Gryffondor et Serdaigle m'avantageait la plupart du temps). Sinon, nous finissions sur un statut quo, et nous vengions en appliquant une double peine au prochain qui commettait un faux pas. Les quelques fois où un professeur intervint furent assez instructives : à deux exceptions près, ils avantageaient telle ou telle maison, selon leur ancienne répartition. Slughorn, directeur de Serpentard, jouait les diplomates en passant l'éponge pour tout le monde, et seul le professeur Dumbledore tranchait en toute justice.

L'hiver s'était insinué dans le château, et un vent froid parcourait les couloirs, surtout ceux des cachots. Je me hâtais de rentrer à la tour de Serdaigle pour me mettre au chaud. Le professeur Slughorn m'avait retenue quelques instants à la fin du cours de potion pour m'inviter à sa prochaine soirée. Je me dirigeais à pas pressés vers les escaliers, quand je tombai sur trois élèves de Serpentard entourant, l'air menaçant, Palmer Patil, un « première année » de ma maison.
_Qu'est-ce qui se passe, Jedusor ? fis-je nonchalamment en m'approchant du groupe.
Tom Jedusor : préfet de Serpentard en cinquième année, comme moi. J'avais eu un petit différend la veille avec lui... Différend pour lequel j'avais eu le dernier mot, soutenue par ma classe. Cette fois j'étais seule, mais je ne pouvais laisser ce pauvre élève au milieu de ces olibrius. Sous ma cape, ma main était crispée sur ma baguette.
_ Ne t'en mêle pas, Ceann, gronda Lestrange, un des deux autres.
Je ne le regardai même pas et fixai le préfet.
_ Qu'a-t-il fait ? retentai-je.
_ Il a lâché un essaim de farfadets munis de bombabouses sur ma classe, répondit d'une voix rageuse, le troisième lascar, un « quatrième année » du nom de Macnair, réputé pour ses violentes sautes d'humeur.
Je retins un fou rire en m'imaginant la scène ; si le jeune avait vraiment piégé des élèves de quatrième année, il méritait d'être sauvé. J'observais Palmer : mal à l'aise entre ces trois garçons plus âgés que lui, il avait cependant une lueur d'espièglerie au fond des yeux qui le trahissait.
_ Ça expliquerait l'odeur, remarquai-je, en ne pouvant cacher un sourire, cette fois.
_ Ça t'amuse? me demanda Macnair, avançant de sa menaçante stature.
Je hochai les épaules pour répondre :
_ Il a quoi ? Six mois de cours ? Une dizaine de sortilèges à son arc ? Et il martyrise déjà une classe entière de « quatrième année »? Oui, j'avoue, il y a de quoi en rire !
Lestrange et Macnair sortirent leur baguette et la pointèrent sur moi. J'aurais dû me croire en danger, mais j'avais plutôt le curieux sentiment qu'ils ne bougeraient pas, tant que leur préfet n'acquiescerait pas. Jedusor n'avait toujours rien dit, le visage impassible, le regard aigu.
_ J'enlève 20 points à Serdaigle, pour avoir semé le chahut dans les couloirs, dit-il enfin, d'une voix grave et posée.
_ J'enlève 20 points à Serpentard, pour avoir sorti vos baguettes, dis-je sur le même ton, à Macnair et Lestrange, ne perdant pas de vue Jedusor.
Mais, finalement, le préfet ne tenait pas si bien ses ouailles. Il avait bien grimacé en m'entendant ôter leurs points, mais les deux gaillards lancèrent de leur propre volonté, leur attaque. D'une main, j'avais ramené Palmer derrière mon charme du bouclier. Je tentai immédiatement de les désarmer, mais mon sortilège rebondit sur le bouclier de Jedusor. Il avait déjà trois baguettes en main.
Ses camarades paraissaient surpris, mais reprirent très vite de l'assurance, leurs baguettes étaient dans les mains de leur ami.
_ Dégage, Ceann, ou tu pourrais regretter ta témérité, menaça Lestrange.
_ A trois contre une, je n'en doute pas, répliquai-je, ironique, mais réfléchissez. Je ne suis pas de Gryffondor.
Je ne comptais pas sur Macnair pour apprécier mon insinuation et Lestrange ne semblait pas en deviner davantage. L'éclair de compréhension dans les yeux noirs de Jedusor me rassura. Non, je n'étais pas de la maison de Godric Gryffondor, et la témérité ne pouvait être la raison de mes provocations répétées. J'avais forcément mes arrières assurés. Ou du moins, j'espérais qu'il le croie, lui, car ce n'était pas tout à fait exact.
Le préfet de Serpentard abaissa les baguettes et s'approcha lentement. Le jeune Patil se cacha derrière moi, sentant lui aussi que Jedusor était autrement plus dangereux que les autres. Je me faisais violence pour ne pas reculer, c'eût été me trahir. Il s'arrêta tout près, si grand, si froid, menaçant. Je levai les yeux, déterminée. J'aurais pu tout affronter, la colère, le mépris? mais rien ne me préparait à son regard. Il me scrutait, me sondait, m'examinait au-delà de ce que les yeux laissent transparaître. Et je tombais, tombais dans l'abysse de ses prunelles sombres tandis qu'il me considérait, inexpressif et implacable. Il me soupçonnait de mentir et son regard intense... La crainte qu'il lise en moi m'étreignit violemment le coeur, une bouffée d'angoisse m'étrangla, tirant une sonnette d'alarme. Je me ressaisis, lui opposant un regard furieux, qui eut le mérite d'arrêter son examen. Je tentai de me rassurer : la légilimancie n'était pas au programme de cinquième année, ni même de Poudlard.
_ Mais tu pourrais presque être à Serpentard, dit-il d'une voix si étouffée que je fus la seule à l'entendre.
Je cillais légèrement, il m'avait percée ! ou bien mon sursaut m'avait peut-être trahie ? Je resserrai ma main sur ma baguette quand un pas lourd que nous connaissions bien se fit entendre.
_ Tu as de la chance, Ceann, souffla-t-il, en reculant d'un pas.
Slughorn apparut dans le couloir de sa démarche pesante, et je suis sûre qu'il comprit très bien ce qui venait de se passer, rien qu'en découvrant les protagonistes. Mais il le demanda néanmoins.
_ Discussion de préfets, répondis-je, laconique, d'un ton trop caverneux pour être vrai.
Mais ma voix semblait s'être dédoublée... Jedusor avait répondu la même chose.
_ Ah... bien, bredouilla le professeur de potion. Je suis heureux de voir vous prenez vos rôles très au sérieux, et que vous communiquez. Mais je n'en attendais pas moins de vous deux. N'oubliez pas de venir, demain soir, j'ai invité Eunice Murray
Là-dessus, Slughorn nous laissa tous, un peu éberlués de son intervention. Patil reprit le plus vite ses esprits, et rattrapa le gros homme en quelques foulées. Quant à moi, je lançais d'une voix étouffée mais triomphante :
_ Tu parles d'une chance ! Un prof qui passe tous les jours, au même endroit, à la même heure !
Je m'éloignai d'abord à reculons, puis courus pour rattraper le professeur Slughorn et entamer la discussion. Tandis que je bavardais en marchant, je sentis sur ma nuque le regard acéré d'yeux de jais.
Je frissonnai, sans savoir de quoi, incapable de me réjouir du doute que j'avais vu sur le visage de Jedusor.

(ouaip... évidemment le chapitre est trop long)


Dernière édition par Syrinx le Ven 9 Sep - 17:26, édité 3 fois

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Mer 15 Avr - 17:49

(première partie sur la page précédente)

Le lendemain, à la réception de Slughorn, et durant de longues semaines, je me tins sur mes gardes. J'évitais de me promener seule du coté des cachots et j'observais peut-être davantage les personnes dans un couloir avant de m'y engager. Ma baguette avait élu domicile dans les plis de ma cape, près de ma main, mais les représailles de Jedusor tardaient à venir. Bien sûr, nous nous affrontions encore régulièrement, à propos de punitions à donner ou pas, mais uniquement verbalement. Le coup fumant suivant de Patil lui donna l'occasion d'exercer sa vengeance. Le préfet de Serpentard avait réussi à le prendre sur le fait, et il ne se priva de me le glisser en passant près de moi dans le couloir entre deux cours. J'étais déjà au courant, les plus jeunes avaient vanté l'exploit du petit malin, au déjeuner. La punition était donc méritée mais je craignais qu'elle soit un peu trop sévère pour mon protégé... j'allais essayer de l'atténuer, mais en attendant je lançai avec espièglerie :
_ T'aimerais bien avoir un petit futé comme lui, à Serpentard...
_ Mais tu es davantage faite pour Serpentard que lui, répliqua-t-il avec un sourire de connivence.
C'était donc ça ! Après le face à face et les affrontements répétés venaient les accointances ?! Il fallait bien que ce soit un Serpentard pour avoir un raisonnement aussi tordu ! Je ne répondis rien et entrai dans la salle d'histoire de la magie avec une vitesse qui n'avait rien à voir avec l'intérêt du cours. D'ailleurs, je ruminai plus mon mécontentement que ne pris de notes ce jour-là. J'étais profondément agacée que lui, Jedusor, tente de? de quoi au juste ? sympathiser ? séduire ?? se moquer ?
L'ambiance générale de l'école éveillait ma méfiance, mais une partie de moi se réjouissait? Je fulminais contre moi-même : depuis quand avais-je besoin de me sentir rattachée à Serpentard ?!! Ce n'étaient que des êtres abjects, imbus de leur sang soit-disant pur et au bord de la dégénérescence consanguine... De toute façon, les BUSEs approchaient à grands pas, la première épreuve commençait dans un peu plus d'une semaine.
Pour une élève aussi travailleuse et régulière que moi, avoir ses BUSEs n'était qu'une broutille, mais je visais la note optimale dans toutes les matières. Je passais donc toutes mes heures libres à lire et relire mes livres, mes cours et ceux des autres, au cas où ils auraient noté un détail qui m'aurait échappé.
Les épreuves ne furent pas plus ardues que je ne m'y attendais, et j'étais plutôt contente de moi. Enfin libérée des dates, définitions et autres formules et théorèmes, je remontai lentement à la tour de Serdaigle avec Emily et David. Il n'était plus question d'examens mais de vacances, et d'invitations en Irlande.
_ Quand je vis, je dévore tout, et quand je bois, je meurs, qui suis-je ? demanda la voix mélodieuse de l'aigle à l'entrée de notre salle commune.
Nous prîmes un instant de réflexion et Emily prononça doucement la solution à l'énigme :
_ Le feu.
La porte s'entrebâilla, nous signifiant la justesse de la réponse. Comme mon amie la poussait pour entrer, elle fut bousculée par une fille qui sortait telle une furie. David rattrapa Emily et suivit des yeux la petite silhouette trapue qui s'enfuyait en sanglotant.
_ Mais qu'est-ce qu'elle a encore ? ronchonna-t-il avant de demander d'une voix adoucie : ça va ?
Emily acquiesça et regarda à son tour la fuyarde.
A ses couettes virevoltantes, j'avais reconnu Mimi Groan, élève de troisième année, et, à mon grand désarroi, souffre-douleur de l'école. Comme les autres préfets de la maison, j'avais bien essayé de la défendre mais son caractère épouvantable et acariâtre nous avait quelque peu refroidis pour lui venir en aide quand nos camarades la tourmentaient.
Je ne cherchai même pas à la rattraper, je n'avais aucune envie d'essuyer sa colère (certes légitime) pour les autres. Par contre, rien ne m'interdisait de passer un savon aux responsables que j'entendais rire à l'intérieur.
Parmi les gloussements, je distinguai sans peine le rire aigu et moqueur d'Olive.
Elle était toujours notre camarade de chambre, mais Emily et moi ne partagions plus rien d'autre avec elle. Elle s'était entichée de cet insupportable Yaxley, et nos relations, bien qu'encore courtoises, avaient la chaleur d'un été polaire.
Profondément agacée par les ricanements stupides, je rentrai déterminée, et fusillai du regard Olive et ses amis. Ils s'arrêtèrent net, et dans le silence revenu, je prononçai leur punition avec une délectation intense mais contenue :
_ Vous quatre, chez Plucks !
_ Quoi ? s'exclama Yaxley, depuis quand est-il interdit de rigoler dans la salle commune ?
_ Il est seulement interdit de rire de quelqu'un, rectifiai-je d'un ton sans réplique. Qu'avez-vous encore fait à cette pauvre Mimi ?
_ Cette pauvre Mimi ? répéta Olive, mielleuse, aurais-tu oublié comment elle t'a remerciée de ta dernière intervention ?
_ Si vous lui fichiez la paix, elle serait peut-être moins agressive. Vous l'avez suffisamment embêtée comme ça, maintenant vous devez répondre de vos actes. Chez Plucks.
Une fois de plus, j'usai de mon regard perçant pour démonter toute protestation ; je l'avais utilisé tout le long de cette année difficile pour sermonner, punir ou m'imposer face aux autres préfets (il n'y avait guère que Jedusor pour soutenir mon regard).
_ Je les accompagne, dit Ludovic, qui assistait à la scène, comme beaucoup d'élèves.
Je vis Olive se réjouir de l'intervention de son frère, mais elle se renfrogna bien vite face à son air sévère. A cet instant, Ludovic semblait renier totalement sa soeur, écoeuré de sa méchanceté.
_ Allons-y, dépêchez-vous ! dit-il d'une voix sèche qui eut l'effet d'un électrochoc sur ces teignes.
Ils se levèrent, comme sous l'effet d'un imperium et sortirent lentement de la salle, suivi du garçon, qui se retourna avant de passer la porte :
_ Tu ne nous accompagnes pas ?
_ Non je vais chercher Mimi. Elle a dû se réfugier dans des toilettes pour filles...
Matthew et Sam se joignirent finalement à leur grand ami Ludovic pour escorter la bande de Yaxley. Quant à moi, je posai mes affaires de cours, avant de partir à la recherche de ma camarade.
Du septième et dernier étage du château, je descendis et visitai à chaque niveau les toilettes. Je crus l'avoir retrouvée au second, j'avais entendu du bruit depuis le couloir.
_ Mimi ? appelai-je en poussant la porte.
Pas de réponse, bien entendu ; elle devait s'être enfermée dans une cabine, en refusant de parler... j'avançais de quelques pas.
_ Mimi !
En deux enjambées, je fus près d'elle. Elle était étendue par terre, entre les cabines et les lavabos, les yeux affreusement vitreux, ternes, sans vie.
_ Non ! Mimi ! Mimi !
Je la secouai vigoureusement, non, elle ne pouvait pas être morte, non !
Je sentis la décharge d'un sort dans le dos, qui me propulsa vers le corps de ma camarade. Je tombai sur elle, et vers ses yeux immobiles et voilés. Cette vision hante encore mes cauchemars.

Je repris connaissance, et le visage de mon professeur de métamorphose, Albus Dumbledore, se fendit d'un sourire.
_ Comment allez-vous, Miss Ceann ?
_ Bien... je... Mimi !
Je me redressai subitement. Mimi, que lui était-il arrivé ? La tête me tournait, mais je reconnus les toilettes. Tous les professeurs de l'école étaient présents, plongés dans une profonde torpeur pour certains, hystériques pour d'autres.
_ Miss Ceann, je suis au regret... votre camarade est morte.
_ Morte ? répétai-je sans bien comprendre.
Mimi morte ? Mon cerveau retourna ces mots en tout sens avant que l'information, l'irrémédiable vérité ne me pénètre et que je comprenne enfin. Je relevai des yeux hagards.
_ Miss Ceann, c'est important, dit Dumbledore très doux, que s'est-il passé ?
_ Je... je ne sais pas. Je cherchais Mimi, elle était partie en courant de la salle commune parce que Olive et ses amis s'étaient moqués d'elle... j'ai entendu du bruit, alors je suis entrée et je l'ai vu allongée... et puis... et puis un sort m'a frappé, dans le dos.
_ Vous avez été stupéfixée, m'expliqua le professeur. Est-ce tout ?
Un détail me revint, je ne savais comment, car j'avais tout juste noté cette ombre à la périphérie de mon champ de vision quand j'avais découvert Mimi inerte.
_ Je crois qu'il y avait quelqu'un d'autre, je crois avoir vu quelqu'un par là.
Je montrai le coin, près de la porte, et mon doigt se fixa sur Tom Jedusor. Que faisait-il là ?
_ M. Jedusor a donné l'alerte, m'informa Dumbledore, c'est lui qui vous a trouvées étendues par terre.
_ Je t'ai vu entrer dans les toilettes, expliqua ce dernier, et comme j'avais à te parler, j'ai attendu que tu sortes. Mais tu n'es pas sortie, alors je suis entré et je vous ai vues, toutes les deux. J'ai entendu quelqu'un s'enfuir.
J'aurais aimé pouvoir réfléchir à ses paroles mais ma tête était douloureuse, elle avait cogné celle de Mimi dans ma chute ; mon arcade était ouverte, m'apprit mon professeur, avant de m'envoyer à l'infirmerie.
Jedusor se proposa de m'accompagner, mais il me laissa en chemin au bon soin de mes amis, d'une rare froideur avec lui.
_ Du calme, fis-je à David, c'est lui qui a donné l'alerte.
_ Ben moi, je trouve ça étrange qu'il l'ait donnée. C'est un Serpentard. Et qu'est-ce qu'il faisait dans les toilettes des filles, d'abord ?! ajouta-t-il pour couper ma réplique.
Je n'avais pas le courage, ni la force de répondre à mon ami ; David pouvait se montrer borné, et le sol tanguait sous mes pieds.
L'infirmière répara mon arcade d'un coup de baguette, mais préféra me garder en observation. Le soir, elle me donna une potion pour dormir sans rêver, et bien lui en prit, car je m'endormis avec des yeux voilés devant les miens, et la remarque de David qui tournait, tournait dans ma tête douloureuse.

Deux jours plus tard, alors que l'école menaçait de fermer, le responsable de toutes les agressions de l'année, et de la mort de Mimi fut démasqué : Rubeus Hagrid, un Gryffondor de troisième année aussi grand que niais en matière de danger. Il faut dire que sa perception devait être changée par son immense taille et sa force prodigieuse... Il ne souhaitait faire de mal à personne, mais élever une acromantule dans une école relevait de l'inconscience la plus totale. Il ne s'en défendit d'ailleurs pas mais souleva un point intéressant pour disculper son araignée géante : l'acromantule tuait ses victimes en lui injectant son poison, or aucun élève agressé n'avait été mordu. D'après ce qu'on savait sur ces créatures, il n'avait pas tort, mais on ne savait que peu de choses sur cette espèce. Et le directeur et les autorités s'en tinrent à ce fait pour le renvoyer. C'est alors qu'Albus Dumbledore intervint en la faveur de l'élève de sa maison : pourquoi ne pas profiter des connaissances sur les créatures et de la force herculéenne de Hagrid pour en faire l'apprenti du garde-chasse Ogg ? Dippet céda, sensible à la situation familiale du garçon (il n'avait plus ses parents) et à son âge.

Le héros de l'histoire eut le succès modeste. Tom Jedusor (encore lui) avait dénoncé Hagrid le lendemain de la mort de Mimi. Trop curieux à mon goût pour ne pas me pencher sur le cas, sans compter les nombreuses incohérences de l'affaire : les blessures qui ne correspondaient pas à celle d'une Acromantule et la silhouette que j'avais entraperçue, beaucoup plus petite que celle de Hagrid.
_ Alors le héros, tu as reçu une médaille ? fis-je comme il sortait du bureau du directeur, avec sa récompense encore dans la main.
_ Tu voudrais la voir, Ceann ? demanda-t-il, avec un sourire éblouissant.
Je n'y tenais pas, mais il me fallait le retenir pour engager la conversation sur le sujet.
_ Voyons... « Pour service rendu », lus-je. Oui c'est vrai, ça fait une créature de moins dans les couloirs de l'école. Mais je te parie que les agressions vont reprendre de plus belle l'année prochaine.
_ Et pourquoi donc voudrais-tu qu'elles reprennent ?
_ Je ne veux rien du tout. Mais toi qui es de Serpentard, explique-moi comment un demi géant de Gryffondor peut être l'héritier de Salazar Serpentard.
_ Je n'ai pas plus d'explication que toi...
_ Sans compter qu'une acromantule ne tue qu'avec son poison, coupai-je.
_ Je dirais la même chose, dit-il avec un sourire impuissant. Mais on ne sait pas tout d'elles.
_ Jedusor, je t'en prie, soufflai-je, le regard périlleux, ce qui le fit s'écarter. Tu connais le bestiaire magique aussi bien que moi. On ne sait peut-être pas tout sur les acromantules, mais si elles avaient un autre moyen de tuer, nous le saurions quand même ! Et puis une araignée, aussi grosse soit-elle... ce n'est pas vraiment l'animal de prédilection de Serpentard...
_ Ceann, tu es habituellement brillante, mais là tu t'égares, me dit-il, la voix doucereuse, une lueur menaçante dans ses yeux de jais. Et même si tu avais raison, quelle chance y aurait-il pour que deux créatures dangereuses se baladent dans les couloirs en même temps ?
_ Autant que pour un préfet de découvrir le responsable, la veille de la fermeture de l'école, alors que ça fait des mois que les professeurs cherchent.
Ses yeux brûlants d'une colère étouffée me jetèrent un regard assassin. Puis décrétant d'un haussement d'épaules que je devais avoir perdu la tête, il s'éloigna lentement. Je lançai alors ma dernière pique :
_ Au fait, puisque l'école ne ferme pas, je suppose que tu vas rester ici pour les vacances... alors j'espère que tu as raison et qu'il n'arrivera rien de fâcheux cet été.
Il s'arrêta mais ne se retourna pas immédiatement, sûrement pour se recomposer un visage presque aimable. Je n'étais pas censée être au courant de ceci.
_ Il ne se passera rien, ni cet été, ni l'année prochaine. Tu vas perdre ton pari, Ceann, dit-il d'une voix plus glaciale que la banquise.
_ Si tu le dis.
Et je m'étais appliquée à faire sonner ma voix entre docilité et menace.


Dernière édition par Syrinx le Jeu 16 Avr - 20:48, édité 1 fois

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Apsara le Jeu 16 Avr - 14:39

Beaucoup d'évènement dans ce chapître ...
Un petit regret ; j'aurais aimé voir développé davantage le renvoi d'Hagrid et sa "réinsertion". J'ai toujours trouvé "craquant" le côté " coeur-encore-plus-grand-que-son-corps" de Hagrid !

Et nous en savons enfin un peu plus sur la mort de Mimi Wink

_________________

"In tasso veritas"

               
" Ce serait encore plus beau si je pouvais le montrer à quelqu'un" (Samivel)

Y'a des jours "avec" et y'a des jours "sans". Les jours "sans", faut faire avec...
avatar
Apsara
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 6553
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 68
Localisation : Entre mes deux oreilles...

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Leïa Tortoise le Jeu 16 Avr - 18:01

Wouhou!! Ca commence à devenir vraiment intéressant!!

J'aime beaucoup ce rapport de forces entre Jedusor et Jasdrian (que je commence d'ailleurs à surnommer Jas en mon for intérieur, c'est dire si je m'y suis attachée!)

Côté pinaillage, j'en ai uen tartine:

Il me soupçonnait de mentir et son regard intense? La crainte qu'il lise en moi m'étreignit violemment le c?ur

Mais ma voix semblait s'être dédoublée? Jedusor avait répondu la même chose.
_ Ah? bien, bredouilla le professeur de potion.
Encore des problèmes de caractères, avec des ? qui se collent partout n'importe où. Ce que je cite c'est le moment où je m'en suis rendue compte, mais j'en ai vu plein d'autres ensuite et le début n'y echappe surement pas.

Ce n'étaient que des êtres abjects, imbus de leur sang soit disant pur
soi-disant

les BUSE
je crois qu'il faut mettre un s: BUSEs, minuscule parce que ça se rajoute à l'acronyme

cherchai même pas à la rattraper, je n'avais aucune envie de d'essuyer
de d' (huhu)

J'attend la suite!
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Jeu 16 Avr - 19:10

Encore des problèmes de caractères, avec des ? qui se collent partout n'importe où.
rhaa !!!! je maudis open office ! (en même temps y a que celui-là qui veut fonctionner sur mon ordi) j'ai pourtant bien tenté de relire, pour "corriger" les e dans l'o en oe, qui ne passent pas. J'en ai apparemment oubliés (mais vu l'état de ma tête hier ça ne m'étonne pas vraiment...)
Et puis il semblerait que d'autres caractères me jouent le même tour... non mais

Apsara :
Un petit regret ; j'aurais aimé voir développé davantage le renvoi d'Hagrid et sa "réinsertion".
Oui j'avoue que j'ai un peu "baclé" au sujet d'Hagrid, mais Jasdrian ne le connait pas plus que ça. Il ne passe certes pas inaperçu mais une Serdaigle de cinquième année a-t-elle souvent l'occasion de cotoyer un Gryffondor de troisième ? (ouais bon, elle est préfète et Hagrid n'est pas un ange, mais il n'est pas pire que d'autres qu'elle doit avoir dans le collimateur... je vous donne un indice, ils ont tous un point commun : leur écharpe verte)
Cela dit, peut-être se liera-t-elle plus avec l'apprenti garde chasse que l'élève... ou pas.

Leïa :
J'aime beaucoup ce rapport de forces entre Jedusor et Jasdrian
moi aussi. En fait, la scène du face à face est la première que j'ai imaginée, une envie de voir qqn se dresser devant Jedusor, lui tenir tête (il ne pouvait être une terreur si terrifiante à Poudlard), inspirée par la première fic de Suzy (celle du meurtre d'Hepzibah).
Jasdrian (que je commence d'ailleurs à surnommer Jas en mon for intérieur, c'est dire si je m'y suis attachée!)
Smile ça c'est bien, que tu t'y attaches, que tu la surnommes comme ses amis...

Et je vais corriger les fautes (mais plus tard parce que, là, j'ai un petit creux)

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Leïa Tortoise le Jeu 16 Avr - 21:26

rhaa !!!! je maudis open office ! (en même temps y a que celui-là qui veut fonctionner sur mon ordi) j'ai pourtant bien tenté de relire, pour "corriger" les e dans l'o en oe, qui ne passent pas. J'en ai apparemment oubliés (mais vu l'état de ma tête hier ça ne m'étonne pas vraiment...)
Et puis il semblerait que d'autres caractères me jouent le même tour...
si je puis me permettre, je te conseille Google Docs... C'est en ligne donc tu peux les retrouver d'un ordi à l'autre (par contre si tu te déplace sans connexion, tu peux transferer tes textes en divers formats fixes mais je ne crois pas que ça marche avec open office... a moins que le rtf soit géré par open?)

Oui j'avoue que j'ai un peu "baclé" au sujet d'Hagrid, mais Jasdrian ne le connait pas plus que ça.
c'est aussi ce que je me disais de mon côté!

moi aussi. En fait, la scène du face à face est la première que j'ai imaginée, une envie de voir qqn se dresser devant Jedusor, lui tenir tête (il ne pouvait être une terreur si terrifiante à Poudlard), inspirée par la première fic de Suzy (celle du meurtre d'Hepzibah).
Moui... Mais il a déjà une certaine aura, il en impose déjà. Mais il reste un petit peu plus "accessible/affrontable" que plus tard, c'est certain!

ça c'est bien, que tu t'y attaches, que tu la surnommes comme ses amis...
En fait c'est aussi un souvenir de la série du journal intime de Georgia Nicolson (oui je lis ça aussi héhé)
Ca me la rend plus familière, et j'adore les personnages bien attachants comme ça!
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Ven 17 Avr - 18:02

si je puis me permettre, je te conseille Google Docs...
Ah ? et c'est bien ?
Je veux dire que je ne suis pas non plus trop mécontente de open office. S'il faut j'aurais eu les mêmes problèmes avec word sur les e dans l'o... Après je ne lui reproche que sa correction automatique qui est totalement minable (en même temps je râle aussi après celle de word, quand je l'utilise au boulot).
Enfin si je passe à cette solution (faut que je réfléchisse encore et que j'entende des avis), je n'aurais aucun problème de fichier, swriter fait très bien les .doc. La meilleure preuve étant qu'il n'y a pas de problème lors des reviews de Suzy...

Moui... Mais il a déjà une certaine aura, il en impose déjà. Mais il reste un petit peu plus "accessible/affrontable" que plus tard, c'est certain!
Oui, tu le dis bien plus clairement que moi mais c'est exactement comme ça que je le vois... exactement héhé

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Nausicaa le Lun 20 Avr - 21:41

Ha... Un peu de lecture ! Very Happy

Belle plongée dans l'épisode de la Chambre des Secrets ! (Même si toute cette histoire n'est pas très gaie - et non, rien à voir avec Dumbledore, en tout cas pas encore... tongue ).

L'approche Hagridienne ne m'a pas trop manqué puisque, comme tu le dis, n'étant pas dans la même classe, toussa, Jasdrian ne pouvait pas forcément bien le connaître, (sinon, ça aurait été même trop louche). Par contre j'aurais aimé voir plus de questionnements, tergiversations de la part des profs quant au mystère... Toutes les déductions que se fait Jasdrian ont quand même bien dues passer par la tête des adultes, non ? (Et là, je parle bien de Dumbledore). Ça n'est pas imputable à ta seule version de l'histoire, Syrinx. C'est valable pour celle de J.K. Rowling. Mais bien sûr, là encore, comme nous sommes emportés dans l'histoire par le point de vue de Jasdrian, on ne peut pas savoir ce qui a été dit entre les profs... Wink

_ Il ne se passera rien, ni cet été, ni l'année prochaine. Tu vas perdre ton pari, Ceann, dit-il d'une voix plus glaciale que la banquise.
Quel bel aveux... m'enfin voila

Vivement qu'elle arrive, cette année prochaine ! héhé (Le cocktail Ceann / Jedusor promet quelques autres belles étincelles ! satisfait )


Psstt, c'est "Legilimancie". Content

Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Lun 20 Avr - 23:06

Toutes les déductions que se fait Jasdrian ont quand même bien dues passer par la tête des adultes, non ? (Et là, je parle bien de Dumbledore).
Oui bien sûr. D'ailleurs j'avais pensé pendant un moment écrire une discussion entre Dumbledore et Jasdrian pour montrer qu'ils avaient bien la même réflexion (à propos des blessures causées par des sorts, plutôt que par une bestiole)... Et puis c'est passé à la trappe, j'ai travaillé sur un autre passage, le chapitre était assez long... bref : à la trappe !

Et merci pour legilimancie, je vais corriger ça de ce pas.

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Leïa Tortoise le Mar 21 Avr - 9:54

Ah ? et c'est bien ?
Je veux dire que je ne suis pas non plus trop mécontente de open office. S'il faut j'aurais eu les mêmes problèmes avec word sur les e dans l'o... Après je ne lui reproche que sa correction automatique qui est totalement minable (en même temps je râle aussi après celle de word, quand je l'utilise au boulot).
Enfin si je passe à cette solution (faut que je réfléchisse encore et que j'entende des avis), je n'aurais aucun problème de fichier, swriter fait très bien les .doc. La meilleure preuve étant qu'il n'y a pas de problème lors des reviews de Suzy...
Ben moi j'en suis assez contente. L'interface est très facile d'utilisation, en gros c'est comme si on avait word sur Internet, quoi. On peut même faire des tableaux. Et partager l'accès d'un document avec d'autres personnes qui ont aussi google docs, ce qui peut être très très pratiques pour les relectures de chapitres de fics... (après faut arriver à jongler dans les couleurs pour voir ce qui a été corrigé et les suggestions de modifs ^^)
Et ça permet de retrouver tous ses documents sur n'importe quel ordinateur qui a accès à Internet.
On peut aussi importer n'importe quel document texte (ou tableau excel, ou page html) de notre ordinateur, ou dans l'autre sens exporter un googledoc sur notre ordi en format txt, doc, rtf, excel, html...
Pour les textes je crois qu'il y a aussi un correcteur d'orthographe mais comme pour Word, je ne m'y fie pas et ça m'aide seulement à repérer les fautes d'inattention (lettres doublées, etc) mais sinon je fais comme s'il n'existait pas ^^
Il fait aussi une sauvegarde automatique toutes les 5 minutes (et avec un ctrl+S, on peut le faire plus ponctuellement)
Le seul petit hic, c'est que si on se crée beaucoup de google docs, ça devient un peu sportif de s'y retrouver dans la liste de tous les docs. Il y a moyen de créer des dossiers et de cacher certains docs et de les faire réapparaitre si on les cherche, mais j'ai quand même un peu de mal à gérer mon truc. Après, c'est peut-être tout simplement mon côté bordélique qui ressort, lol.

Bref, je m'en sers énormément, et oui, j'en suis plutôt contente!
avatar
Leïa Tortoise
thé noir
thé noir

Messages : 2059
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 31
Localisation : Parisie

http://totitree.net

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre 6 : Propositions

Message par Syrinx le Sam 25 Avr - 16:05

voilà c'est reparti pour un nouveau chapitre

Chapitre 6 : Propositions

Le deux septembre 1942, au petit déjeuner de mon premier jour de cours de sixième année, une lettre me parvint de mon parrain, il me l'envoyait de Stalingrad.
Il avait suivi l'armée allemande dans son avancée en territoire soviétique, pourchassant les sorciers servant Grindelwald sur le front même des batailles moldues afin qu'elles ne deviennent plus meurtrières. Mais le mage noir avait atteint le haut commandement soviétique depuis des années et il avait ainsi déjà fait exterminer ou déporter des milliers d'innocents dans les goulags. D'un point de vue sorcier, il était évident que lors de la grande bataille de Stalingrad, il était aussi derrière cet affreux décret autorisant la mise à mort des habitants fuyant la ville bombardée. Les soviétiques s'entretuaient encore, alors que l'ennemi était chez eux, et pris au piège, les soldats et les civils n'avaient de choix qu'entre le massacre et l'exécution.
Patrick et ses amis agissaient au mieux qu'ils le pouvaient, brisant un sortilège d'imperium sur un officier, arrêtant un mage noir quand ils le pouvaient, mais ils assistaient impuissants à la destruction minutieuse de la ville et de ses habitants.
A la lecture de la lettre, je frémis d'horreur et tremblai pour mon parrain ; il était si près des combats, et les bombes moldues étaient si terribles. Je priais, sans bien savoir qui ou quoi, chaque cellule de mon corps espérait qu'il ne soit jamais séparé de sa baguette, il en allait de sa vie, de celle de ses compagnons.
_ Jasdrian, appela doucement Emily.
Je relevai des yeux brillants vers mon amie.
_ Les nouvelles sont-elles si mauvaises ? demanda Ludovic, assis en face de moi.
Je lui tendis la lettre, ma gorge était trop serrée pour qu'un seul son n'en sorte. Sur chacune de mes épaules, les mains compatissantes de David et d'Emily tentaient d'apaiser mes craintes.
La peur me hantait depuis deux ans, à présent, j'avais appris à vivre avec elle, quelque part reconnaissante de ne m'en tenir qu'à ça, mais cette fois... Était-ce le premier signe d'épuisement face à ce sentiment implacable ? La lassitude qui perçait pour la première fois dans la lettre de Patrick, ou bien pressentais-je que cette bataille serait plus ignoble que mille guerres ? Peut-être était-ce un peu pour ces trois raisons, mais quelque chose céda en moi : l'espoir, cette inébranlable volonté de croire que tout ce passerait bien malgré tout. Ma confiance s'effritait, finalement rongée par trop de mois d'angoisse contenue.
_ Jasdrian, ton parrain va bien, dit Ludovic d'une voix très douce, relevant les yeux de la lecture. Certes, la situation n'est pas bien brillante, là-bas, mais elle ne l'est jamais en temps de guerre. Il n'est pas totalement désarmé, moins que les moldus en tout cas, il peut transplaner pour éviter les bombardements et c'est ce qu'il fait.
Oui, bien sûr, je le savais, mais cela ne m'empêchait pas trembler ; je ne parvenais pas à me raisonner, la peur m'étreignait le coeur, paralysait mon esprit... Face à mon silence persistant, Sam insista, martelant chaque mot d’une voix ferme :
_ Jasdrian, ton parrain va bien.
Il n'avait d'autre but que de me faire réagir, percer le voile que tissaient mes propres craintes, et qui menaçait de m'étouffer. Son intervention eut l'effet escompté, mais plus que ses paroles, ce fut son regard dur qui ébranla mes sombres pensées. J'y puisais le courage et la force de les affronter : je ne serais jamais en paix, tant que mon parrain serait au front, mais il était inutile de céder ainsi à mes angoisses, la situation n'était pas désespérée, il allait bien, après tout.
Pour le moment, me souffla une petite voix que je m'empressai de faire taire : Patrick était en vie et bien portant !
Je suppose que mon visage avait reflété mon combat intérieur et qu'il avait fini par s'éclaircir, car mes amis reprirent leurs habitudes, après un sourire d'encouragement. Ma vie d'étudiante m'attendait de tout façon, et il était l'heure d'aller en cours : métamorphose avec les Gryffondor.
C'était la première fois que je partageais les bancs avec les rouges et or, car les élèves des différentes maisons n'étaient habituellement pas mélangés jusqu'en cinquième année. Mais après les BUSEs, les étudiants se spécialisaient dans certaines disciplines et devaient en abandonner d'autres ; les classes se dépeuplaient et les professeurs avaient donc décidé de regrouper les élèves.
Albus Dumbledore nous rappela cette explication puis nous demanda de nous présenter, bien qu'en cinq ans à l'école, nous avions eu largement le temps d'apprendre à connaître les élèves des autres maisons. Enfin, il commenta le programme de l'année à venir qui se résumait en deux mots : métamorphose humaine.
_ Pour la première fois vous allez tenter de transformer un être humain (votre binôme, ou vous-même). La métamorphose humaine est le stade le plus avancé de la discipline. Je vous rappelle que nous avons commencé par la métamorphose d'objets inertes en d'autres objets inertes, puis de petits éléments vivants, tels que les végétaux en objet, pour enfin expérimenter le procédé inverse. Vous remarquerez que nous avons toujours aborder la métamorphose de sujets de plus en plus grands, jusqu'à arriver à l'Homme pour les êtres vivants. Il peut sembler que je minimise le chemin parcouru et le pas que vous vous apprêtez à passer, mais il n'en est rien. Si d'un point de vue purement technique, l'Homme n'est qu'un animal de grande taille, je tiens à souligner qu'une erreur de votre part n'engendrera pas trois pattes supplémentaires à une grenouille anonyme, mais à votre binôme et ami... Alors j'attends de vous une parfaite attention, de l'application, de la concentration et du respect, n'est-ce pas Monsieur Londubat ?
Interpellé, l'élève de Gryffondor se redressa subitement, avant de tenter un sourire d'excuse qui laissa stoïque le professeur. Le garçon finit par rentrer la tête dans les épaules, vraiment penaud.
_ Mais comme toujours, reprit alors le professeur, nous allons commencer petitement : vous allez tenter de changer la couleur de cheveux de votre binôme, puis la vôtre.
Les formules apparurent sur le tableau, et Albus Dumbledore nous expliqua longuement le mouvement de baguette avant de passer à la pratique.
Comme toujours, je fus la première à me lancer, et transformai la tignasse noire et drue de David en une crinière flamboyante, qu'il n'apprécia guère (surtout à partir du moment où il surprit l'étirement persistant de mes lèvres). Pour la peine, ma chevelure prit les couleurs les plus incongrues jusqu'à la fin du cours.
_ Quel dommage que Emily ne soit plus avec nous, en métamorphose, soupira alors mon ami, elle aurait bien ri de ta tête...
_ ...ou de la tienne, répliquai-je en désignant ses cheveux blonds.
_ Hein ?! s'exclama David, surpris. Tu m'as fait ça quand ?
J'ignorai la question, soudain profondément intéressée par le rangement de mes parchemins dans mon sac.
_ Miss Ceann, auriez-vous l’amabilité de rester ? me demanda le professeur Dumbledore. J'ai à vous parler.
_ Oui, Monsieur, répondis-je, étonnée. On se retrouve pour déjeuner, dis-je à mon ami qui partait.
Il acquiesça avant de disparaître dans le couloir et je me tournai vers le professeur.
Il m'invita à passer dans son étude jouxtant la classe. La pièce était douillette, chaleureuse et bien éclairée par la lumière jaune du soleil. Sur tout le mur derrière la table de travail, la bibliothèque se paraît de teintes chaudes et exaltait l'odeur de ses nombreux ouvrages, mélange de cuir, de parchemins et de poussière. À cela s'ajoutait celle sucrée de la cannelle.
_ Asseyez-vous, Miss, proposa Dumbledore, en prenant place lui-même dans un fauteuil usagé. Et prenez un spéculoos.
Je m'installai sur la bergère d'en face et remarquai, sur la table basse, la boite de biscuits au milieu de plusieurs vieux grimoires. Parmi eux, un ouvrage volumineux attira mon attention, sur sa couverture en cuir craquelé le titre était écrit en runes anciennes, mais même à l'envers, je les déchiffrai sans peine : « La Magie des premiers temps ».
_ Je vois que l'objet pour lequel je vous ai conviée, retient déjà votre attention, remarqua le professeur, d'un ton enjoué.
Il me tendit la jolie boîte de fer remplie de gourmandises et je me servis un petit gâteau de bon cœur, agréablement surprise qu'il se rappelât de mon intérêt pour l'Ancienne Magie. Le gâteau était succulent, parfumé à souhait des quatre épices du boulanger.
_ Il y a près de quatre ans, vous êtes venue me voir pour obtenir l'autorisation de consulter des ouvrages traitant de l'Ancienne Magie. Vous aviez déjà compris la vulnérabilité d'un sorcier séparé de sa baguette, sans pour autant considérer la chose comme inéluctable. Vos premières recherches de solution vous ont conduite à l'Ancienne Magie. Malheureusement le peu de livres sur le sujet sont écrits dans des langues mortes. Et je vous avais alors conseillé d'étudier les runes, ce que vous faites depuis trois ans. Votre enseignante pense le plus grand bien de vous et je crois que vous avez à présent le niveau pour lire le livre auquel je pensais. Si vous êtes toujours intéressée par l'Ancienne Magie ?
_ Oui, bien sûr, certifiai-je avec ferveur.
_ Dans ce cas, j'aurais une proposition à vous faire : vous devez savoir que les élèves doivent présenter aux ASPICs un mémoire traitant du sujet de leur choix, leur étude étant encadrée par le professeur le plus compétent sur le thème. J'ignore si vous aviez déjà un sujet en tête, et je sais qu'il est inhabituel qu'un professeur en propose... bien qu'au final ce soit vous qui ayez posé la problématique, mais seriez-vous tentée d'écrire votre mémoire sur l'Ancienne Magie ?
Un mémoire sur l'Ancienne Magie ! Ces quelques mots effacèrent les longues heures de réflexion que je m'étais infligée pendant les vacances pour trouver un sujet digne de ce nom.
_ J'en serais ravie ! Ce sujet m'intéresse depuis longtemps, et en faire mon mémoire...
_ Les documents à étudier seront difficiles à aborder, bien sûr, mais votre professeur de runes et moi-même serons là pour vous aider en cas de difficulté. Un autre spéculoos ?
Je me resservis un de ces délicieux biscuits, et le grignotai en silence, les yeux pensivement posés sur la lunette astronomique d'Albus Dumbledore. Au delà de la joie de pouvoir enfin assouvir ma curiosité, épaulée par un grand sorcier, une question se posait néanmoins : pourquoi mon professeur de métamorphose me suggérait-il une étude si éloignée de sa matière ?
_ Vous trouverez ce livre et les autres à la Réserve de la bibliothèque, dit-il, en me sortant de ma rêverie. Voici votre autorisation d'accès, Mme Picott est au courant, elle vous montrera aussi divers sortilèges fort utiles pour étudier de très vieux parchemins, tout en les ménageant.
L'entretien touchait visiblement à sa fin. Je me saisis du papier et m'apprêtai à prendre congé, quand je demandai à brûle pourpoint :
_ Pourquoi me proposez-vous ce sujet, professeur ?
Un sourire fugace étira les lèvres d'Albus Dumbledore avant qu'il ne me réponde.
_ Les élèves s'intéressent rarement à l'Ancienne Magie, c'est un sujet pourtant captivant bien que difficile a aborder. Je crois cependant que vous avez toutes les capacités pour mener un tel travail de recherche et d'analyse. Vous êtes une élève brillante, peut-être même la plus douée que j'ai rencontrée, et j'avoue être réellement curieux des conclusions et de la lumière que vous amènerez sur cette magie oubliée, des résultats que vous obtiendrez. Et puis, je crois que cette thématique est en parfaite correspondance avec la carrière d'Auror que vous envisagez.
Je devais probablement être écrevisse, touchée par les compliments de mon professeur de métamorphose, mais j'étais encore plus troublée de l'intérêt qu'il portait à mes futurs travaux. De même, savoir quel métier je souhaitais exercer plus tard témoignait de son attention ; le choix des matières que j'étudiais parlait pour moi, mais il les avait néanmoins notées.
Je bafouillai un au revoir confus, et m'éclipsai du bureau. L'autorisation d'accès à la Réserve était toujours dans ma main, et je décidai de m'y rendre dès que j'aurais mangé. Mais pour l'instant je me dirigeai vers la Grande Salle, le pas aérien.


Dernière édition par Syrinx le Ven 9 Sep - 17:27, édité 2 fois

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Sam 25 Avr - 16:06

_ Alors, il te voulait quoi, Dumbledore ? demanda David comme je m'asseyais à la table de Serdaigle.
_ Me proposer un sujet de mémoire, répondis-je, très fière de moi.
_ C'est pour le moins inhabituel, commenta Mathiew, que te propose-t-il ?
_ Une étude sur l'Ancienne Magie pour savoir si, oui ou non, elle est une solution lors de la perte de sa baguette pendant un combat.
_ La question que tu te posais il y a quatre ans, remarqua Emily, enchantée pour moi.
_ Oui, Dumbledore s'en est rappelé lui aussi.
_ C'est un beau sujet, intervint à son tour Sam, rêveur. L'Ancienne Magie...
L'élève de septième année semblait émerveillé, mais quand j'accrochais son regard, j'y lus un certain regret, et je compris qu'il m'enviait.
_ Regardez-le, l'autre, se moqua son frère. Le futur langue de plomb voudrait-il aussi plancher sur ce sujet-là ? Aurais-tu déjà trouvé le moyen d'inverser le cours du temps ?
_ Et toi as-tu seulement trouvé un thème pour ton mémoire, docteur ?
_ Oui : « comment se défaire de son addiction ? »
_ En fait, c'est moi qui lui ai donné l'idée tout à l'heure, intervint Emily d'une voix étrangement sombre, il ne se passe pas une heure sans qu'il mange du chocolat.
_ Oui bon... t'étais pas obligée de le dire, ça...
_ Et tu n'étais pas obligé de me colorer les cheveux en bleu non plus, tout à l'heure ! Je n'étudie plus la métamorphose, moi, mais les potions !
J'essayai sincèrement de ne pas rire, ni même de sourire des petits malheurs de mes amis, mais je finis par céder quand je vis les lèvres de Ludovic, blanches d'être si étroitement pincées.
Le repas se finit dans la bonne humeur coutumière de notre groupe. Bien avant la reprise des cours, j'étais allée à la bibliothèque, où Mme Picott m'ouvrit les portes de la Réserve après m'avoir montré le formulaire à remplir à chaque venue. L'épais volume que m'avait montré le professeur Dumbledore était déjà revenu et je l'ouvris pour la première fois. Le texte en runes anciennes était effacé à certains endroits, heureusement il existait un sortilège très simple pour le révéler, et un aussi pour copier les écrits rapidement sur un parchemin neuf. Le vieil ouvrage n'aurait ainsi pas trop à souffrir de mon étude. Je me promis de repasser dès le soir même, mais en attendant il fallait que je me rende à mon cours de l'après midi : Défense contre les Forces de Mal.
_ Ah, Ceann, te voilà, me dit-on comme je rentrais dans la classe. Viens, je t'ai gardé ta place.
Tom Jedusor me souriait, engageant, debout près de la table où je m'asseyais depuis cinq ans avec Emily et David. Près de la cheminée et lumineuse, la place était idéale, mais elle ne m'appartenait pas, et avec le mélange des classes, je n'avais guère espéré la garder. Le Serpentard était bien le dernier que j'aurais cru capable d'une telle attention, surtout après lui avoir indiqué mes soupçons sur sa responsabilité dans les évènements tragiques de la précédente année. Je m'approchai, méfiante, et m’assis après vérification de ma chaise. Je ne songeai même pas à le remercier, et demandai avec humeur :
_ Tu comptes rester ici, je présume ?
_ Oui, dit-il, avec la voix affectée de celui qui sait qu’il annonce une mauvaise nouvelle.
_ Et en quel honneur, veux-tu que je sois ta voisine et binôme ?
_ J’aimerais que tu m’aides à progresser.
_ Progresser ? répétai-je, sceptique. Tu n’as pas grand-chose à m’envier en défense.
_ Mais si. Tout le monde sait que tu es la meilleure élève de notre promotion.
_ La flatterie ne prend pas avec moi, le prévins-je à voix basse. Et je ne vois pas ce que je pourrais t’apprendre en défense, je suis sûre que t’en sais plus que moi !
Son petit sourire me laissait penser que je n’avais pas tort, mais il reprit d’un ton innocent :
_ Je ne sais pas ce que tu sais.
_ Et bien tu peux déjà être à peu près sûr que je ne sais ce qu’il y a dans les livres de la réserve que tu couves, répliquai-je, lugubre. Des livres de magie noire… Attention Jedusor, Poudlard n’est pas Durmstrang, et ne forme pas des Grindelwald… A moins que tu ne prépares un très mauvais coup… A moi peut-être, à en juger par soudaine lubie de vouloir être avec moi ?
_ Tu refuses d’être mon binôme, alors ?
_ Non, j’accepte.
La réponse était venue toute seule, avant même que mon cerveau ne donne l’ordre à mes organes vocaux de parler. L'occasion de connaître un peu mieux ce garçon était trop bonne ; son secret était sans doute bien moins glorieux que la médaille qu'il avait reçue trois mois plus tôt.
Jedusor prit donc place à coté de moi, alors que le professeur Têtenjoy entrait dans la salle. Le silence se fit instantanément et le professeur annonça le titre de notre première leçon pour les ASPIC : le sortilège informulé.
_ Le sortilège informulé est très utile dans le métier d’Auror et… celui de malfaiteur, expliqua Têtenjoy, car il ne donne pas la possibilité à l’adversaire de deviner ce qui va lui tomber dessus, ou du moins trop tard, le mouvement de la baguette n’étant pas aussi explicite que les mots. Nous allons voir la théorie et puis vous vous exercerez dès aujourd'hui et sûrement durant les trois ou quatre prochaines séances. Je vous conseille aussi de vous entraîner à lancer les sortilèges sans parler dans tous vos autres cours, ou dans vos activités quotidiennes.
Le cours ne fut pas différent de ce qui avait été annoncé. J’avais bien sûr déjà lu mon manuel de sixième année, et essayé de lancer quelques sorts de base sans les formuler. Ma réussite était encore aléatoire en arrivant au cours, mais après les explications limpides du professeur, elle était infaillible. Quant à Jedusor, il était doué et rapide à apprendre et comprendre, il ne fut pas long à maîtriser lui aussi les sortilèges simples.
_ Bravo, tous les deux, nous félicita le vieux professeur, vous formez un excellent binôme, c'est une très bonne initiative de vous être mis ensemble. Puisque vous réussissez à lancer des incantations simples, peut-être pourriez-vous à présent essayer avec les premiers sorts que nous avons étudiés en défense : le charme du bouclier et le désarmement ?
Les yeux noirs de Jedusor brillaient comme deux étoiles ; Têtenjoy venait de lui donner ce qu'il souhaitait en s'asseyant à la même table que moi : le face à face. Mais j'étais bien décidée à lui rappeler qu'il avait sollicité mon aide pour prendre une leçon.
_ Miss Ceann, vous défendrez pour commencer.
J'acquiesçai, et allai me placer devant Jedusor, sûre de moi, de ma technique et de mes pouvoirs peut-être turbulents, mais canalisés par ma baguette. Le Serpentard souriait, certain lui aussi de me défaire, et j'aurais parié que le sortilège qu'il allait me lancer ne serait pas destiné à me désarmer. Mais peu importait, il suffisait que mon bouclier arrête son maléfice.
_ Prêts ? demanda le professeur, allez-y.
Comme je m'y attendais, les éclairs étaient sortis de la baguette de Jedusor avant même la fin de la phrase. Je parai sans qu'aucun son ne sorte de ma bouche et ils rebondirent avec un léger bruit de gong sur mon charme, qui oscilla longtemps avant de se stabiliser ; jamais un sort de désarmement ne l'avait ainsi agité. Je lançais à mon adversaire un regard lourd de sens tandis que le professeur faisait l'éloge de notre réussite à nos camarades. Car si mon bouclier avait tenu le sortilège de Jedusor, celui-ci l'avait néanmoins lancé sans prononcer un seul mot.
_ Bien, et maintenant échangez les rôles.
Je ne sais pourquoi cette phrase éveilla en moi un puissant sentiment d'exaltation, mais je souris, carnassière, les yeux brûlants. C'était à mon tour d'attaquer, et la baguette de Jedusor volerait.
Le trait de lumière partit, fulgurant et étincelant. Mon adversaire cria. L'air vibrait pourtant devant lui, il avait donc bien réussi à créer un bouclier, mais au dessus de nos têtes, tournoyait comme une folle sa baguette. Elle tomba au sol avec le bruit caractéristique du bois contre la pierre, juste devant moi.
_ Merveilleux Miss Ceann, vous avez percé la défense de Monsieur Jedusor ! s'exclama le professeur Têtenjoy. Son charme du bouclier était pourtant très réussi, mais pas aussi bien que votre sort de désarmement, aussi l'avez-vous enfoncé... Jeunes gens j'espère que vous retiendrez là une leçon primordiale : peu importe dans les autres disciplines que votre sort soit parfait ou pas, l'acte magique se réalisera (avec plus ou moins de force mais l'essentiel se fera). Mais pensez que lors d'un duel, lorsque deux sorts interagissent l'un contre l'autre, c'est le sort le plus réussi qui l'emporte. Vos sorts peuvent être acceptables, ils ne vous sauveront pas la vie, si le sort d'en face est parfait. Le cours est à présent terminé, mais réfléchissez à ce que je viens de vous dire et travaillez vos sortilèges informulés.
Chacun retourna à sa place pour prendre ses affaires.
_ Tu es plutôt douée, murmura Jedusor, la main posée sur mes parchemins pour me retenir.
Il parlait du bout des lèvres, la voix à peine audible ; visiblement, me concéder cette qualité lui coûtait.
_ Jolie bague, remarquai-je en voyant à son doigt un anneau serti d'une pierre noire, où l'as-tu eue ?
Je relevai les yeux vers les siens, tout en tirant sur mes prises de notes, mais les feuilles restaient bloquées.
_ Acceptes-tu toujours de m'aider à progresser ? demanda-t-il tout bas, se penchant à mon oreille.
_ Oui, répondis-je après un moment, sans le regarder, et mes notes se libérèrent.
Il s'écarta, et inclina brièvement la tête pour tout remerciement, un sourire de satisfaction sur ses lèvres. Je le regardai s'éloigner, ma bouche étirée elle aussi en un sourire sardonique : Jedusor serait-il assez subtil pour percevoir la Magie telle que je la percevais ?

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Nausicaa le Dim 26 Avr - 13:18

Hmhmm... De mieux en mieux... Ou devrais-je dire, de plus en plus intriguant... Rolling Eyes

Je me demande vraiment ce que tu nous a concocté comme relation entre Tom et Jasdrian. Ca m'interpelle vraiment, surtout au regard de ce que nous avons pu comprendre des capacités émotionnelles de Tom après avoir lu les 7 tomes de J.K. Rowling...

Bon, en attendant, moi ça me va très bien ! Wink

J'aime vraiment pouvoir voir Dumbledore dans son rôle de "simple" enseignant. (J'ai mis le mot "simple" en guillemets parce que déjà, on s'aperçoit que c'est quelqu'un de pas commun).

Comme Jasdrian, j'ai hâte d'en savoir plus sur la Magie Ancienne (et comme Tom, aussi, non ? ). sifflote

Je me pose aussi quelques questions sur le rôle de Patrick. Est-ce qu'il est là simplement pour renvoyer un écho concret de ce qui se passe ailleurs qu'à Poudlard ou est-ce qu'il y aura, à terme, une véritable situation qui le fera resurgir dans l'histoire ?... (Je ne veux pas de réponse, en fait, Content je préfère attendre de voir, c'était une réflexion à voix haute).

Bon, ben il n'y a plus qu'à attendre. Cette fois-ci, l'attente était vite passée parce que j'avais raté le coche de l'avant dernière publication, mais là... Neutral

Allez, merci, Syrinx et à bientôt !
Bisou
avatar
Nausicaa
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 5822
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 41
Localisation : Right here, right now!

http://www.le-prince-de-sang-mele.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Dim 26 Avr - 15:28

surtout au regard de ce que nous avons pu comprendre des capacités émotionnelles de Tom
celle d'une petite cuillère ? (oui je sais c'était pas lui, mais cette réplique m'a toujours fait mourir de rire, désolée...)
Comme Jasdrian, j'ai hâte d'en savoir plus sur la Magie Ancienne (et comme Tom, aussi, non ? ).
la réponse viendra, mais un élément est peut-être déjà caché dans les livres...
Je me pose aussi quelques questions sur le rôle de Patrick. Est-ce qu'il est là simplement pour renvoyer un écho concret de ce qui se passe ailleurs qu'à Poudlard ou est-ce qu'il y aura, à terme, une véritable situation qui le fera resurgir dans l'histoire ?...
la question s'est posée pour moi aussi... mais comme tu ne veux pas la réponse pour le moment je la garde pour moi héhé

Merci pour la review
Sur ce, je replonge dans mon chapitre 9 (oui l'avance s'est considérablement réduite....)

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Apsara le Dim 26 Avr - 20:33

Il y a près de quatre ans,... Et je vous avais alors conseillé d'étudier les runes, ce que vous faites depuis trois ans.
Les élèves s'intéressent rarement à l'Ancienne Magie... vous avez toutes les capacités pour mener un tel travail de recherche et d'analyse. Vous êtes une élève brillante, peut-être même la plus douée que j'ai rencontrée, et j'avoue être réellement curieux des conclusions
scratch Moi, ça me donne l'impression que c'est Dumbledore lui-même qui souhaite en savoir davantage...Mais pourquoi n'a-t-il pas lui-même fait ce travail..?
Quant-à Tom...évidemment, quoi de mieux pour ses futurs méfaits que de se mesurer à une excellente attaquante ?

_________________

"In tasso veritas"

               
" Ce serait encore plus beau si je pouvais le montrer à quelqu'un" (Samivel)

Y'a des jours "avec" et y'a des jours "sans". Les jours "sans", faut faire avec...
avatar
Apsara
Thé Aromatisé
Thé Aromatisé

Messages : 6553
Date d'inscription : 11/01/2008
Age : 68
Localisation : Entre mes deux oreilles...

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Syrinx le Dim 26 Avr - 22:27

Réflexions intéressantes, Apsara...

Moi, ça me donne l'impression que c'est Dumbledore lui-même qui souhaite en savoir davantage...
c'est vrai que nous connaissons tous maintenant le coté manipulateur de Dumbledore.... cela dit il se présente bien comme étant le professeur le plus compétent pour encadrer le mémoire.

_________________
L'ambre et le jais



chapitre 21
 
avatar
Syrinx
thé noir
thé noir

Messages : 2713
Date d'inscription : 14/01/2008
Age : 35
Localisation : au milieu des fuites, pour changer !

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Ambre et le Jais [fic en cours]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum